/lifestyle/techno
Navigation

Alcool, mesure et démesure

Alcool, mesure et démesure
photo courtoisie

Coup d'oeil sur cet article

L’alcool étant l’ennemi numéro un des partys des Fêtes réussis, voici comment vous y prendre pour en gâcher un, bien comme il faut. Vous recevez et tenez à paraître généreux. Accueillez vos invités avec des verres remplis à ras bord. Vous êtes l’invité à qui on a tendu un verre qui déborde de vin ou d’alcool? Buvez-le cul sec, c’est-à-dire d’un coup. Sans respirer. Pour boire le suivant, insistez pour avoir une paille. Vous faites vraiment bonne impression!

Modérer ses transports. Avec l’alcool, on reste en contrôle. Party de bureau et présentation aux beaux-parents? Le premier verre est le bienvenu, mais il est prudent de consommer autant d’eau plate que de vin. Si l’eau n’est pas à portée de main, demandez-en. Un hôte accompli doit prévoir de l’eau et du jus.

Non merci, je ne bois pas. Soyez compréhensif à l’égard de ceux qui refusent de consommer du vin ou de l’alcool, même s’il s’agit de votre dernier Pétrus 1929. Restez souriant et évitez les remarques. On pourrait rétorquer que, après avoir assimilé une mer de scotch, leur organisme est au repos.

Un autre?! Vous ne buvez pas? N’attirez pas l’attention sur cette vertu en comptabilisant les verres consommés par vos compagnons. Évitez de signaler votre appartenance à un cercle d’abstinents et ne faites la leçon à personne. À table, ne couvrez pas votre verre d’une main impatiente. Laissez le sommelier remplir votre verre et n’y trempez pas les lèvres.

Encore un peu. À table et au bar, on ne tend pas son verre vide au serveur. On attire son attention et on commande. Le serveur ou le barman ne doit pas utiliser le mot «encore» pour qualifier votre prochain verre. Dans ce contexte, ce mot est une forme de jugement sur votre jugement.

Vos clés, svp. C’est avec autorité et rarement avec la diplomatie qu’on parvient à empêcher une personne ayant trop bu de prendre le volant. Demandez-lui ses clés de voiture, appelez un taxi et assurez-vous qu’elle y monte. Sinon, même si c’est une corvée, raccompagnez-la vous-même ou gardez-la chez vous. L’amitié est à ce prix!

Un rien de discrétion. Si la fête s’est terminée ainsi, soyez discret en n’ébruitant pas ce qui s’est passé, mais tirez-en une leçon, en particulier si l’ivresse de cet invité a gâché la fête. Une partie de la responsabilité vous revient: à vous de servir vos invités avec mesure.

Avec la collaboration de Marie-Diane Faucher