/news/politics
Navigation

Science: le gouvernement Couillard fait volte-face

Science: le gouvernement Couillard fait volte-face
Photo courtoisie.

Coup d'oeil sur cet article

QUÉBEC – Le gouvernement du Québec change son fusil d’épaule en annulant les coupes prévues dans le domaine de la vulgarisation scientifique, a annoncé le ministre de l'Économie, de l'Innovation et des Exportations, Jacques Daoust.

Le gouvernement Couillard avait décidé la semaine dernière de mettre fin aux subventions fournies à une poignée d’organisations à caractère scientifique. Parmi elles se trouvaient l’Agence Science-Presse, le Réseau CDLS-CLS et Les Publications BLD, qui publie les magazines Les Débrouillards, Les Explorateurs et Curium.

L’annonce de ces coupes a fait couler beaucoup d’encre vendredi dernier. Les Publications BLD avaient vigoureusement dénoncé l’abolition de leur subvention de 175 000 $ par année, soit 7 % de leurs sources de revenus.

Jacques Daoust.
Le ministre de l'Économie, Jacques Daoust.
Photo d'archives
Le ministre de l'Économie, Jacques Daoust.

La raison invoquée par Québec : la mission de vulgarisation scientifique auprès des jeunes ne cadre plus avec les priorités du ministère de l’Économie, de l’Innovation et des Exportations.

Revirement

Mais voilà que dimanche, le cabinet de Jacques Daoust annonce dans un communiqué que le ministre «ne retient pas les orientations proposées par son ministère en ce qui concerne l'appui aux organismes de soutien à la culture scientifique». Le discours du ministre va carrément à contresens des motifs évoqués pour laisser tomber le couperet.

«Les organisations du domaine de la culture scientifique jouent un rôle capital dans le développement de l'intérêt des jeunes et moins jeunes pour la science, a affirmé M. Daoust. Malgré le contexte financier particulièrement difficile dans lequel le gouvernement évolue, nous tenons à préserver la mission de ces organisations qui travaillent dans le domaine de la culture scientifique et qui apportent une contribution importante au développement économique.»

Le ministre a précisé dans son communiqué que les représentants des organisations avec qui le sous-ministre adjoint a communiqué seront rencontrés dans les prochains jours afin de revoir les scénarios de financement pour 2015-2016.

Questionnée sur les motifs de cette volte-face, l'attachée de presse du ministre, Mélissa Turgeon, s’est contentée de préciser que M. Daoust n’a pas retenu «les orientations» de son sous-ministre adjoint. «La décision n’avait pas été avalisée par le ministre», a-t-elle dit.

Un soulagement

Dimanche soir, la directrice générale l’Agence Science-Presse, Josée Nadia Drouin, se réjouissait de ce retournement de situation. «Mais nous demeurons prudents, car nous ne savons pas ce que cette annonce entraînera exactement, a dit la gestionnaire à la tête de l’unique agence de presse scientifique au Canada. La subvention de Québec représente 70 % de notre budget. Si le gouvernement avait décidé de fermer les vannes, c’était pas mal la fin pour nous», a-t-elle ajouté.

Soulagé et heureux de cette annonce, l’éditeur des Publications BLD, Félix Maltais, a tenu à remercier le ministre pour ce changement de cap, saluant du même souffle «l’incroyable mobilisation populaire». «En seulement quelques heures, deux ou trois pétitions ont émergé et récolté des milliers de signatures», a souligné M. Maltais. C’est sans compter les nombreux fidèles de «Les Débrouillards» qui ont écrit à l’éditeur pour lui témoigner leur attachement envers ce magazine jeunesse.

Le Réseau CDLS-CLS a qualifié de «courageuse» la décision du ministre Daoust, se disant «confiant» de convaincre le ministère du rôle capital que le gouvernement doit jouer envers les organismes qui œuvrent dans le milieu de la culture scientifique.