/news/currentevents
Navigation

Arrêté pour des photos d’enfants nus dans leur bain

  Phylip St-Jacques
Photo Chantal Poirier

Coup d'oeil sur cet article

Utilisant un subterfuge inusité, un jeune homme de 21 ans serait parvenu à manipuler une dizaine de mères d'enfants autistes afin d'obtenir à leur insu des photos et des vidéos de leurs enfants nus.

 

Utilisant un subterfuge inusité, un jeune homme de 21 ans serait parvenu à manipuler une dizaine de mères d'enfants autistes afin d'obtenir à leur insu des photos et des vidéos de leurs enfants nus.

Phylip St-Jacques a été arrêté hier par des enquêteurs de l’Équipe d'enquête sur l’exploitation sexuelle des enfants sur internet de la Sûreté du Québec.

«Il a été arrêté et il doit comparaître aujourd’hui au palais de justice de Montréal», a confirmé le lieutenant Guy Lapointe.

Il devrait faire face à 17 chefs d’accusation de contacts sexuels sur des personnes de moins de 16 ans, de possession, production de matériel pornographique ainsi que d’y avoir accédé.

Les infractions seraient survenues entre mars 2013 et juin dernier, à Montréal, Saint-Constant, Sept-Îles, Châteauguay, Laval et Longueuil.

St-Jacques est un jeune blogueur, qui collabore notamment au Huffington Post. Sur son blogue, il dit avoir récemment entamé des démarches «qui l’ont amené vers le diagnostic d’autiste de haut niveau».

Chaque fois, il aurait utilisé le même modus operandi afin d’obtenir des photos de petits garçons nus. C’est en se joignant à différentes communautés ou regroupements en lien avec l’autisme sur Facebook que St-Jacques aurait pris contact avec plusieurs parents.

Nus dans le bain

Après avoir gagné leur confiance, il les aurait convaincus de lui montrer comment laver un enfant, soit en filmant la séance de bain de leur petit ou en lui permettant d’y assister. À certains parents, il aurait dit qu’il avait des problèmes d’hygiène puisqu’il ne comprenait pas comme se laver. À d’autres, il aurait dit qu’il était incapable de donner le bain à un neveu ou à un petit frère.

À l’insu des parents, il aurait ensuite pris des photos des enfants dans le bain ou aurait copié les vidéos.

C’est une des mères qui étaient en contact avec St-Jacques qui a sonné l’alarme. En parlant avec une connaissance sur Facebook, elle a réalisé qu’elle n’était pas la seule à qui on avait demandé de filmer son enfant.

«On est des mamans qui ont le cœur sur la main. Il a vraiment bien ciblé sa clientèle», a-t-elle déploré.

Aidée d’un de ses proches qui est un ancien enquêteur de police, elle a monté un dossier sur lui. La Sûreté du Québec s’est ensuite rapidement saisie du cas.

Après des semaines d’enquête, la SQ a procédé à l’arrestation de St-Jacques. Les enquêteurs ont profité de son passage en cour hier, pour un autre dossier, pour le coffrer à sa sortie du palais de justice de Montréal.

Depuis 2013, St-Jacques doit respecter un engagement de ne pas être en présence de personnes de moins de 16 ans ni de se trouver dans un parc ou une piscine publique. Cet été, il a pourtant été arrêté alors qu’il se trouvait dans un parc. Il comparaissait à ce sujet hier.

Toute personne qui détient de l’information au sujet de cet individu peut contacter la SQ au 1-800-659-4264.


«J’ai vraiment été naïve»

 

Lucila Guerrero n’a pas accepté de filmer son fils dans le bain.
Photo courtoisie
Lucila Guerrero n’a pas accepté de filmer son fils dans le bain.
«J’ai l’impression d’avoir été fraudée, trompée, et que mon enfant a été en danger», rage une mère qui regrette d’avoir laissé entrer Phylip St-Jacques dans sa vie.

La jeune mère, qu’on ne peut identifier pour protéger l’identité de son fils, admet avoir laissé le jeune homme assister au bain de son garçon à deux reprises.

«J’ai vraiment été naïve. Je m’en veux d’avoir impliqué mon fils. Les enfants sont vulnérables. Je vais être plus prudente», assure-t-elle.

Même si elle s’en veut d’avoir été bernée, elle insiste sur le fait qu’il est crédible qu’un autiste ne sache pas comment se laver. Selon elle, certains ont souvent besoin de pictogrammes pour comprendre.

«Je l'ai aussi laissé laver mon garçon, pour être certaine qu’il a compris», ajoute-t-elle.

Parties génitales en photo

Des semaines plus tard, des enquêteurs l’ont rencontrée et lui ont montré des photos retrouvées dans l’ordinateur de St-Jacques où on la voit en train de donner le bain de son enfant.

«Il y en avait même qui zoomaient sur les parties génitales», s’insurge-t-elle.

La mère avoue avoir paniqué. Elle s’inquiétait surtout à savoir si ces photos auraient pu être distribuées. Les enquêteurs l’ont rassurée, disant que ce n’est pas le cas.

«St-Jacques est venu toucher la corde sensible des mamans d’enfants autistes. Quand il m’a parlé de son problème, j’ai pensé à mes fils, qui auront son âge un jour», explique une autre maman.

C’est elle qui a découvert le pot aux roses. Aidée d’un proche policier à la retraite, Claude Aubin, elle a réussi à regrouper plusieurs parents qui auraient laissé St-Jacques prendre leurs enfants en photo, à leur insu.

Pour sa part, Lucila Guerrero se félicite d’avoir écouté son instinct et d’avoir refusé de filmer son fils dans son bain.

«Je trouvais ça inadéquat», dit la conférencière qui est autiste.

Elle avoue malgré tout qu’avec plus d’insistance, elle aurait pu finir par accepter, se désole-t-elle.


Un policier à la retraite piqué au vif

 

Claude Aubin a décidé de mener son enquête sur Phylip St-Jacques.
Photo Chantal Poirier
Claude Aubin a décidé de mener son enquête sur Phylip St-Jacques.

Un policier à la retraite a été piqué au vif lorsqu’une de ses proches s’est fait berner par Phylip St-Jacques. Il a décidé de mener sa petite enquête à son sujet.

Filature, prise de photos à l’insu du suspect, suivi de ses causes en justice, rencontres de témoins: en quelques mois, Claude Aubin a réussi à monter un dossier détaillé.

«Je ne vise pas la vengeance. Je veux simplement que ça arrête. Il faut que son nom soit dans un registre, que les gens sachent ce qu’il peut faire», a-t-il expliqué.

M. Aubin a connu le suspect en juin dernier, par l’entremise d’une connaissance qui a deux jeunes enfants autistes. L’ex-flic trouvait très louche qu’on demande à la mère de filmer son fils dans son bain. Sur Facebook, il a réussi à rejoindre des parents, qui se disaient victimes du même subterfuge.

«Combattre l’injustice»

Au fil de ses recherches, il a appris que le jeune homme devait respecter, depuis 2013, un engagement de ne pas être en présence de personnes de moins de 16 ans ni de se trouver dans un parc ou une piscine publique: on craignait qu’il ne commette une infraction d’ordre sexuel.

C’est pourquoi Claude Aubin n’a pas hésité à le dénoncer à la police lorsqu’il l’a aperçu au parc Lafontaine cet été, lors d’un rassemblement pour l’autisme. St-Jacques a ensuite été accusé en justice de ne pas s'être conformé à un ordre de la cour.

«Quand j’ai su qu’il s’y rendait, je l’ai attendu parce que je savais qu’il n’avait pas le droit d’y être. Il y avait plusieurs enfants autour», explique M. Aubin, qui a ensuite transmis le fruit de ses recherches à la SQ.

Et s’il a décidé de s’impliquer dans ce dossier, c’est avant tout pour «combattre l’injustice».

«J’en ai vu des affaires dans ma vie. Mais ça, ça me touche particulièrement, parce que ce sont des enfants. Quand quelque chose me met en colère, j’agis», dit-il.