/world
Navigation

Irak: l’EI décapite un homme accusé de «sorcellerie»

Coup d'oeil sur cet article

Les jihadistes du groupe Etat islamique (EI) ont décapité publiquement jeudi un homme accusé de «sorcellerie», près de leur bastion de Tikrit, dans le nord de l’Irak, ont annoncé l’organisation sunnite ultra-radicale et des habitants.

L’EI, qui s’est emparé depuis juin de vastes secteurs du nord de l’Irak, a diffusé sur Twitter des photos de l’exécution qui a eu lieu sur une place de Nahyat al-Alam, une localité située à quelques kilomètres au nord de Tikrit (160 km au nord de Bagdad).

Une des photos montre les prétendus "talismans" que possédait l’homme, selon l’EI: il semble s’agir simplement de chapelets de prières et d’un drapeau chiite de couleur verte.

Certains habitants ont déclaré à l’AFP que l’homme exécuté était un sunnite qui avait récemment rejoint les rangs de la police à Samarra, une ville située plus au sud et qui est toujours sous contrôle du gouvernement.

Mais un religieux basé à Kirkouk, qui connaissait la victime, a déclaré qu’il s’agissait d’un leader soufi de l’ordre des Naqshbandi, influent dans la zone de Tikrit et dirigé par de hauts responsables du parti Baas, au pouvoir en Irak jusqu’en 2003.

Plusieurs sources locales ont par ailleurs identifié l’homme exécuté comme étant un membre important de l’EI pour la province de Salaheddine, dans le nord de l’Irak, où sont situés Tikrit et Samarra.

Lundi, des jihadistes avaient exécuté près de Tikrit 13 hommes présentés comme des membres d’un groupe sunnite opposé à l’EI.