/news/health
Navigation

Turbulences en vue pour les services de psychiatrie du CHU de Québec

Sante, Gaetan Barrette
SIMON CLARK / JOURNAL DE QUEBEC

Coup d'oeil sur cet article

La réforme Barrette risque de chambarder les services de psychiatrie du CHU de Québec qui seraient transférés dans le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) prévu dans le projet de loi 10, a appris le Journal.

Les chefs des services de psychiatrie ont reçu une note confidentielle les avisant que le programme en santé mentale, tant pour les adultes que pour les enfants, pourrait être intégré en 2015 à la nouvelle structure créée par la fusion de l’IUSMQ (Robert-Giffard) et des CSSS de la région de Québec, notamment.

Après avoir traversé une période de fortes turbulences, il y a cinq ans, les services en santé mentale vivraient donc de nouveaux bouleversements dans la région de Québec. Une source a indiqué au Journal que des psychiatres sont consternés par les changements annoncés. Certains songeraient même à avancer leur retraite.

«Rien de décidé»

«Le projet de loi 10 n’est pas encore adopté. Rien n’a encore été décidé. Le but de la réforme est d’améliorer les trajectoires de soins», nuance la porte-parole du CHU de Québec, Geneviève Dupuis.

Le CHUL, l’Enfant-Jésus et Saint-Sacrement comptent actuellement plus de 120 lits d’hospitalisation en soins psychiatriques, trois urgences psychiatriques totalisant 28 lits, ainsi que des cliniques externes et des infirmières de liaison en santé mentale.

Il n’est pas exclu que des services en santé mentale, urgences ou autres, puissent demeurer dans le CHU de Québec tout étant sous l’égide du futur CISSS, entre autres scénarios. Les soins psychiatriques sont actuellement chapeautés par un Département régional, à Québec.

Le CHU de Québec pourrait devoir se départir d’autres activités de première et de deuxième ligne, dont la Maison Paul-Triquet, le centre de traitement en santé mentale dans la communauté, le programme pour les personnes âgées et les équipes de liaison de première ligne.