/news/health
Navigation

CSSS Pierre-Boucher: Un consultant à 100 000 $ pour réduire l’absence au travail

Le CSSS Pierre-Boucher veut embaucher un expert pour réduire l’absence au travail

Hopital Pierre-Boucher
Photo d’archives Le CSSS Pierre-Boucher est dans la moyenne pour les dépenses en assurance salaire avec des déboursés de 7 millions $ par année. Malgré cela, la direction espère réduire ces montants à 4 millions $ avec les conseils que fournira le gestionnaire embauché prochainement.

Coup d'oeil sur cet article

Le Centre de santé et de services sociaux (CSSS) Pierre-Boucher, en Montérégie, souhaite embaucher un conseiller externe à 100 000 $ pour trouver des solutions qui réduiront l’absence au travail des employés souvent malades.

Le contrat, du 26 janvier au 18 décembre 2015, requiert la présence du gestionnaire au minimum deux jours par semaine, précise l’annonce déposée jeudi dernier sur le site du système électronique d’appel d’offres du gouvernement du Québec.

Aucune expertise interne

Évidemment, le montant du contrat n’est pas encore connu, mais le CSSS Pierre-Boucher a un budget de plus ou moins 100 000 $ pour l’année. Le mandat pourrait d’ailleurs être prolongé.

Concrètement, le consultant aura pour tâche d’évaluer les dossiers des employés du CSSS qui ont manqué beaucoup de journées de travail pour cause de maladies et de trouver des solutions pour y remédier.

Chaque année, le CSSS de la Rive-Sud de Montréal dépense 7 millions $ sur un budget de 280 millions $ en assurance salaire, soit en employés payés, mais absents de leur poste pour cause de maladie.

L’objectif du contrat est de réduire ce montant de pertes à 4 millions $. Or, on assure que personne, aux ressources humaines, ne pouvait réaliser un tel mandat.

«On n’a pas cette expertise à l’interne, assure France Descôteaux, la directrice des communications du CSSS. On a besoin de l’éclairage d’une personne qui connaît ça mieux que nous.»

« Du cas par cas »

Comme le CSSS compte 4400 employés, le gestionnaire devra identifier ceux qui sont malades et pour qui certaines solutions permettraient de réduire l’absentéisme.

«C’est du cas par cas, ajoute Mme Descôteaux. Par exemple, un employé qui développe du diabète peut avoir de la difficulté à s’adapter à un horaire de soir ou de nuit. L’expert pourrait donc proposer des solutions pour l’accommoder.»

À noter que les dépenses en assurance salaire de Pierre-Boucher sont dans la moyenne des autres CSSS comparables au Québec.

«Mais, on veut toujours s’améliorer, on pense qu’il y a des gains à faire», ajoute Mme Descôteaux.

Rapports chaque semaine

Chaque semaine, des rapports d’analyse des dossiers d’absentéisme «excessifs et complexes» devront être remis. Des recommandations devront aussi être déposées auprès de la haute direction.

Parmi les exigences du contrat, le consultant doit avoir au moins 10 ans d’expérience en matière de gestion de dossiers d’invalidité. Les candidats ont jusqu’au 15 janvier prochain pour déposer leur soumission.


Le CSSS de Saint-Jérôme a donné un contrat de gestion de 86 128,50 $ à une infirmière pour la période de décembre à mars prochain.

Le CSSS Pierre-Boucher en bref
Dessert 246 000 personnes dans 8 municipalités
Sept centres d’hébergement
Un hôpital (Pierre-Boucher, à Longueuil)
Trois CLSC
4400 employés
320 médecins
Budget annuel de 280 M$
Source: CSSS Pierre-Boucher