/opinion/columnists
Navigation

Le Rideau Vert et le visage noir

2014 Revue et corrigée
Photo Courtoisie

Coup d'oeil sur cet article

La semaine dernière, j’ai commis un crime très grave.

La semaine dernière, j’ai commis un crime très grave.

J'ai écrit que je trouvais ridicule la position de l'organisme Diversité artistique Montréal, qui se plaint qu'un comédien blanc porte du maquillage noir pour imiter P.K. Subban au Rideau Vert.

On m'a traitée de «chroniqueuse blanche pure laine raciste». On m'a dit que c'était raciste d'utiliser l'expression «bête noire». (J'imagine qu'il ne faut pas non plus parler de «glace noire» ou de «boîte noire».)

Et je me suis fait dire que si je trouvais cette controverse ridicule, c'est parce que je suis blanche comme une aspirine.

Quel argument stupide! Quand il y a eu une controverse autour de Mario Jean maquillé en noir pour imiter Boucar Diouf au Gala des Olivier, qui est monté aux barricades pour dire qu'il n'y avait là rien de raciste? Boucar Diouf lui-même, qui a pourtant la peau aussi noire que j'ai la peau blanche.

Ebony and ivory

Les lecteurs qui m'ont écrit ont des points de vue complètement opposés.

Mélissa Pierre m'a écrit: «Moi-même Noire, je trouve que Diversité artistique se ridiculise. Surtout après ce qui a été dit au sujet de Mario Jean imitant Boucar Diouf (qu'on a stupidement accusés de crimes imaginaires). Est-ce que Diversité artistique avait critiqué les acteurs du film White Chicks...? Ces derniers s’étaient doublement déguisés : des hommes Noirs déguisés en femmes Blanches» Quel horrible péché...!»

Bonne question...

J'ai aussi reçu un courriel, très poli et respectueux, d'une autre lectrice noire, Marilou Craft, qui travaille dans le milieu du théâtre.

Elle est convaincue que le sketch du Rideau vert est une référence au blackface, une pratique raciste consistant à se déguiser en noir pour se moquer d'eux. Elle a même écrit une lettre au Rideau Vert.

«Quand je vois du blackface sur scène, j’ai l’impression qu’un Noir n’est pas digne d’être sur scène, mais n’est digne que de moquerie», a-t-elle écrit.

«Et ça ne fait pas de mal qu’à moi. Ça fait du mal à mes collègues du milieu théâtral. Ça fait du mal au public. Ça fait du mal à tous les citoyens et citoyennes qui, comme moi, n’aspirent qu’à être reconnu-e-s comme citoyen-ne-s à part entière. Pas comme des «moins que», pas comme une sous-classe dont on se moque à grands coups de fond de teint.»

Pas du racisme!

Dans sa réponse à Madame Craft, le Théâtre du Rideau Vert remet les pendules à l'heure.

«Il n’est pas inutile de rappeler que la forme théâtrale du blackface a d’abord et surtout été le fait des théâtres américains et britanniques. (...) il semble bien que le procédé qu’on assimile ici à du blackface n’a pas ici la résonnance historique qu’il a auprès d’observateurs avisés du milieu du spectacle. Il serait par ailleurs difficile d’y voir une manifestation raciste, bien au contraire, puisqu’on y fait plutôt un clin d’œil à membre de la communauté noire qui connaît une brillante carrière et qui est adulé par la population québécoise.»

Je suis 100% d'accord avec le Rideau Vert.

Le racisme consiste à ridiculiser ou discriminer un individu à cause de sa race.

Pouvez-vous me dire en quoi c'est raciste de faire un sketch sur un joueur de hockey multimillionnaire a-do-ré des Québécois?