/news/society
Navigation

Taverne Magnan: des employés fidèles jusqu’au bout

Catherine Bigeault, gérante et employée de la Taverne Magnan depuis trois ans.
Photo Anne-Marie Provost / Agence QMI Catherine Bigeault, gérante et employée de la Taverne Magnan depuis trois ans.

Coup d'oeil sur cet article

Les quelques 60 employés de la Taverne Magnan sont fidèlement restés au poste entre l’annonce de la fermeture en octobre et leur dernière journée, ce dimanche. Certains ont même cumulé deux emplois en même temps.

Catherine Bigeault, gérante et employée de Magnan depuis trois ans, s’est trouvée du travail au restaurant Le Darlington un peu plus d’un mois après l’annonce de la fermeture. Elle est tout de même restée à l’emploi de la célèbre taverne.

«Il y a eu tellement de clients après l’annonce que Magnan avait besoin d’aide. Je ne voulais pas laisser tomber l’équipe et M. Gauthier, et je voulais donner un coup de main jusqu’à la fin», a expliqué la jeune femme, rencontrée sur place lors de sa dernière journée.

Elle a travaillé à temps plein aux deux endroits pendant près d’un mois, cumulant entre 70 et 80 heures de travail par semaine.

«Nous sommes une grande famille. C’était important pour moi de rester avec les autres jusqu’à la fermeture et partager des souvenirs», a mentionné Catherine Bigeault.

Elle a apprécié la volonté des patrons de garder l’établissement ouvert pendant plus de deux mois.

«Ça nous a donné le temps de nous faire à l’idée, de se dire au revoir et de chercher un autre emploi», a-t-elle précisé.

Équipe formidable

Le président-directeur général de la Taverne Magnan, Alain Gauthier, a de son côté souligné le travail formidable de son équipe, qui a mis les bouchées doubles jusqu’à la fermeture pour faire face à la demande.

«Tout le monde est resté jusqu’à la fin, c’est remarquable. Ça démontre que nous avions un bon climat de travail. Je suis bien content de la réaction de mon monde et de comment les choses se sont déroulées», a-t-il affirmé.

Journée difficile

Une autre gérante, Cassandra Viviers, ajoute que cette dernière journée était particulièrement difficile pour tout le monde.

«Nous sommes entrés en pleurant et nous allons terminer en pleurant. C’est un deuil, on perd une famille», a-t-elle dit.

Si certains ont trouvé un emploi ou prendront leur retraite, d’autres sont encore en train de chercher.

Pas d’inquiétudes

Alain Gauthier n’est toutefois pas inquiet pour ses employés.

«Dans le milieu de la restauration, il y a toujours une recherche de bons employés. Magnan a une bonne réputation», a-t-il avancé.

Il a de plus demandé à 12 employés de le suivre à Boucherville, où il prévoit ouvrir un comptoir au 500 rue d’Avaugour, début avril prochain.

La Boucherie Magnan dans le quartier DIX30 est de son côté toujours opérationnelle.