/news/politics
Navigation

Toponymie: les femmes sous représentées, dit Projet Montréal

Signalisation
Photo d'archives

Coup d'oeil sur cet article

La contribution des femmes doit être davantage reconnue lors de la nomination de rues, parcs ou place publique, croit Projet Montréal, qui déplore qu’en 2014, la Ville de Montréal a rendu hommage à seulement trois femmes, contre 17 hommes.

La formation politique estime qu’il est temps de faire preuve de plus de créativité pour donner une priorité aux femmes dans la toponymie de la métropole.

«Les femmes sont très absentes, soutient la conseillère du Vieux-Rosemont Érika Duchesne. Cette année, la Ville a honoré 17 hommes et trois femmes. C’est un bilan catastrophique.»

En 2014, encore trop de femmes font partie des grandes oubliées, dit Mme Duchesne. Elle donne l’exemple d’Henriette Dessaulles, qui a été journaliste au journal «Le Devoir», où elle a rédigé pendant une quarantaine d’années les «Lettres de Fadette».

Mme Duchesne souligne que seul un grand parc à Montréal est nommé en hommage à une femme, soit le parc Jeanne-Mance. Quant aux établissements municipaux, aucun aréna de Montréal ne porte le nom d’une femme.

«Historiquement, les hommes ont pris plus de place, mais en 2014, ce n’est plus le cas, a dit la conseillère de Sainte-Marie Valérie Plante. Parfois c’est plus facile de nommer un lieu en honneur d’une personnalité sportive, mais il faut faire un effort pour représenter autant les femmes que les hommes ainsi que les communautés culturelles.»

Banque de noms secrète

Les deux conseillères souhaitent également que la Ville rende publique la banque de 400 noms envisagés pour la nomination de lieux publics.

Actuellement, disent les élues, il est impossible de connaître le nombre exact de femmes honorées par la toponymie.

«Il faut avoir accès à cette banque pour aussi établir des bases de nomination et s’assurer que les nominations soient paritaires», a dit Mme Plante.

Projet Montréal espère par exemple que la journaliste Michelle Tisseyre, décédée dimanche, puisse figurer sur cette liste.

«C’est une femme qui mérite d’avoir une grande place à son nom, a dit Mme Duchesne. On aimerait que pour les prochains changements de noms, les nominations de femmes soient priorisées. S’il n’y a pas suffisamment d’options dans la banque de noms, on pourrait consulter la population.»


• Femmes honorées à Montréal depuis les quatre dernières années

2014

- Parc Lhasa-de Sela, chanteuse, auteur et compositrice

- Place Claire-Oderra, comédienne et chanteuse

- Place Emma-Gendron, journaliste et auteure

2013

- Parc Madeleine-Parent, syndicaliste et féministe

- Parc Simone-Bourdon, co-fondatrice d’Entraide Ahuntsic-Nord

2012

- Place Kate-McGarrigle, auteure, compositrice et interprète

- Parc Julia-Drummond, militante féministe et philanthrope

- Parc Alys Robi, chanteuse

- Place Marie-Josèphe Angélique, esclave noire exécutée après avoir été accusée à tort d’avoir provoqué un incendie qui a ravagé la moitié de la ville

- Parc Mimi Parent, artiste peintre

2011

- Rue Amulette-Garneau, actrice