/investigations/taxes
Navigation

Accusé de fraude, l’ex-patron de SNC-Lavalin se paye un condo à 3 M$

GEN-M-SUR-LA-MONTAGNE
Photo d'archives L’ancien maire Gérald Tremblay a interdit aux promoteurs de M sur la Montagne de construire de plus grands immeubles, pour éviter que le mont Royal soit grignoté «morceau par morceau».

Coup d'oeil sur cet article

En plein procès pour corruption, une société à numéro de l’ancien PDG de SNC-Lavalin Pierre Duhaime vient d’acquérir un luxueux condo de 3 M$, sans même emprunter 1 $ à la banque.

En plein procès pour corruption, une société à numéro de l’ancien PDG de SNC-Lavalin Pierre Duhaime vient d’acquérir un luxueux condo de 3 M$, sans même emprunter 1 $ à la banque.

L’ex-haut dirigeant de la firme de génie a été accusé de fraude et de corruption en 2012 relativement à un versement présumé de 22,5 M$ à Arthur Porter et Yanaï Elbaz, deux responsables du Centre universitaire de santé McGill (CUSM).

Pierre Duhaime a acquis son unité dans le luxueux projet M sur la Montagne, à Montréal, par le biais d’une société à numéro familiale, qu’il détient avec sa femme Claire Chaillez et sa fille Isabelle Duhaime.

Pierre Duhaime
L’ancien PDG de SNC-Lavalin quitte le quartier général de la Sûreté du Québec après son arrestation en novembre 2012.
Photo d'archives
L’ancien PDG de SNC-Lavalin quitte le quartier général de la Sûreté du Québec après son arrestation en novembre 2012.

Pas d’emprunt

Notre Bureau d’enquête n’a pu retrouver d’hypothèque relative à cette transaction. Tout porte donc à croire que Pierre Duhaime et sa famille ont payé la copropriété avec leurs propres fonds, sans financement bancaire.

L’ancien PDG de SNC-Lavalin a démissionné de la direction de la société dans l’opprobre en mars 2012, mais avec un boni de 4,9 M$.

L’acte de vente indique que la transaction est conclue en vertu d’un contrat signé avec le couple Duhaime-Chaillez il y a trois ans, le 23 décembre 2011. À l’époque, les ennuis de Pierre Duhaime avec les vérificateurs de SNC-Lavalin et la police n’avaient pas encore commencé.

La fille de Pierre Duhaime, Isabelle, est enregistrée comme troisième actionnaire de la société à numéro qui vient d’acquérir le condo au M.

Elle travaille toujours chez SNC-Lavalin. Selon son profil LinkedIn, Isabelle Duhaime y occupe le poste de coordonnatrice aux ressources humaines.

Jointe par notre Bureau d’enquête dans les bureaux de la société, elle a refusé de parler de la transaction au M. «Je ne répondrai à aucune question. Ce n’est pas vos affaires», a-t-elle simplement répondu.

Ni elle ni Claire Chaillez ne font face à quelque accusation que ce soit relativement aux paiements présumés frauduleux à la direction du CUSM.

Pierre Duhaime et Claire Chaillez n’ont pas rappelé, malgré les messages que nous avons laissés à leur domicile.

Le couple Duhaime-Chaillez acquiert ainsi une unité dans un projet de grand luxe, où ils auront de nombreux multimillionnaires pour voisins.

L’un d’entre eux est un riche avocat spécialisé dans le droit fiscal, ancien associé d’un grand cabinet montréalais.

Projet controversé

Ces acquéreurs investissent ainsi dans un projet controversé sur l’emplacement du vieux Collège Marianopolis des prêtres de Saint-Sulpice.

Après leur avoir acheté la propriété pour 46 M$ en 2008, Carlo Bizzotto et Tony Miceli, de Développement Cato, ont dû revoir leurs projets à la baisse. La municipalité leur a interdit de construire des immeubles supplémentaires et ils ont dû se contenter du volume des immeubles existants.

L’ancien maire Gérald Tremblay avait déclaré qu’il voulait éviter que ce qui restait de vert sur la montagne se fasse «grignoter morceau par morceau».

Développement Cato poursuit aujourd’hui les prêtres pour obtenir un dédommagement.