/entertainment/movies
Navigation

The Interview, une comédie «scandaleuse» selon Moscou

Sony Pictures' "The Interview" Opens On Christmas Day
Photo Marcus Ingram / AFP Le film est à l'affiche dans quelques centaines de salles.

Coup d'oeil sur cet article

MOSCOU - La Russie a dit «comprendre» la colère de la Corée du Nord contre le film américain The Interview et qualifie d'«agressive et scandaleuse» cette comédie sur un complot fictif de la CIA pour assassiner le leader nord-coréen Kim Jong-Un.

«L'idée du film est tellement agressive et scandaleuse que la réaction de la partie nord-coréenne est tout à fait compréhensible», a déclaré le porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, Alexandre Loukachevitch, dans un communiqué publié jeudi sur le site officiel de la diplomatie russe.

Pyongyang a notamment menacé de «représailles impitoyables» si ce film sortait comme prévu le 25 décembre, mais fin novembre, une cyber-attaque contre Sony Pictures a conduit la société américaine à annuler la sortie prévue pour Noël de The Interview.

Le film est finalement sorti dans quelques centaines de salles obscures aux États-Unis.

Les États-Unis ont imputé cette cyber-attaque, revendiquée par le groupe de pirates informatiques GOP (Guardians of peace), à la Corée du Nord qui n'a cessé de nier toute implication.

«La Russie est préoccupée par une nouvelle escalade des tensions dans les relations entre les États-Unis et la Corée du Nord», a indiqué M. Loukachevitch.

Même si «la partie américaine n'a fourni aucune preuve directe» confirmant l'implication de Pyongyang dans cette cyber-attaque, Washington s'est engagé à apporter une réponse «proportionnée» à cette attaque, a-t-il souligné.

«Les menaces américaines de vengeance et appels aux autres pays à condamner la Corée du Nord nous semblent tout à fait contre-productifs et dangereux et ne font qu'augmenter les tensions», a-t-il ajouté.

Lundi, la Corée du Nord s'est trouvée victime d'une panne géante d'internet d'origine inconnue qui pourrait avoir été orchestrée par les États-Unis en représailles à l'attaque informatique contre Sony Pictures, selon certains experts.