/news/consumer
Navigation

Un seul courageux installé depuis 1h du matin devant le Future Shop de Sainte-Catherine

Un seul courageux installé depuis 1h du matin devant le Future Shop de Sainte-Catherine
Photo le Journal de Montréal, Marie-Ève Dumont

Coup d'oeil sur cet article

Un seul courageux s'est présenté vers 1h la nuit dernière devant le Future Shop pour profiter des soldes du Boxing Day. La folie que l'on a déjà connu au Québec et que l'on voit encore aux États-Unis et au Canada anglais semble loin derrière nous.

Installé confortablement sur sa chaise de camping et vêtu de sa tuque et de ses mitaines, Jonathan Simard attendait patiemment devant les vitrines du commerce d'électroniques de la rue Sainte-Catherine à Montréal.

«L'année passée, je suis arrivé à la même heure et il y avait déjà pas mal de monde, je pensais que ce serait encore le cas cette année, mais je suis le seul», a constaté le jeune homme de 22 ans, lorsque rencontré par le Journal vers 6h30 ce matin.

M. Simard a fait le pied de grue toute la nuit pour se procurer une «édition limitée» de la console de jeu vidéo portable, la 3Ds.

«Je me dis que si je prends la peine de me déplacer c'est que je la veux vraiment, sinon je resterais chez moi. C'est rare, il me la faut vraiment, il n’y en a pas beaucoup en stock», insiste-t-il.

À Laval, les files étaient inexistantes devant les magasins Best Buy et Future Shop vers 6h ce matin, alors que les commerces n'ouvrent leurs portes qu'à 13h. Mais les consommateurs se tournent de plus en plus vers le magasinage en ligne qui a d'ailleurs débuté dans certains cas, dès la soirée du 24 décembre.

12% des Québécois magasinent au Boxing Day

Cette absence d'achalandage est peu surprenante si on se fie à un sondage commandé par le Conseil québécois du commerce qui indique que seulement 12% des Québécois prévoient faire des achats aujourd'hui lors du Boxing Day. Au Canada anglais, c'est 47% des gens qui pensent aller magasiner le lendemain de Noël.

L'organisation explique cette différence marquée par le fait que le Boxing Day est une création des détaillants américains, ce sont d'ailleurs ces chaînes qui se sont installées au Canada qui ont importé le concept.

Les Québécois seraient aussi plus prévoyants dans leurs achats, ils seraient donc moins nombreux à faire de gros achats tout de suite après Noël. La Belle Province compte aussi plus de détaillants indépendants qu'ailleurs au Canada, ce qui fait que les habitudes de magasinage sont différentes.​

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.