/lifestyle/books
Navigation

Encore des résolutions?

Encore des résolutions?
Illustration Johanna Reynaud

Coup d'oeil sur cet article

-«Les résolutions du jour de l’An? Plus personne ne fait ça!»

Ma Best a vraiment l’esprit borné parfois. Je connais plein de gens qui, vers la fin du mois de décembre, réfléchissent à ce qu’ils peuvent améliorer dans leurs vies. Parce que c’est de ça dont il s’agit, n’est-ce pas? Être une meilleure personne.

Perso, je trouve que c’est une ­démarche saine, que je vais renouveler cette année comme je le fais toujours. Bon, c’est vrai que les mêmes intentions reviennent souvent, mais ce n’est pas parce que je n’ai pas été capable de les tenir. Je n’ai juste pas eu le temps. Mais en 2015, ce sera différent. Promis!

Quoiqu’en pense mon amie, je ne vais pas m’asseoir sur mes lauriers. Oh que non!

-«Ok, dans ce cas-là! Écris-moi ta liste», ma défie-t-elle.

-«Pffff...facile, tu vas voir!»

Première résolution: faire du sport. Sérieusement cette fois-ci. Pas seulement marcher trois coins de rue pour me rendre à la pâtisserie du coin. Pour réussir, je suis consciente que j’ai besoin d’aide. Je vais donc m’inscrire à un gym ET engager un entraîneur privé... en espérant qu’il soit un pétard. S’il ne l’est pas, je l’échangerai contre un autre de marque concurrente. Bien dit!

Deuxième engagement: lire les romans de mes amis auteurs. C’en est assez d’avoir l’air fou devant mes collègues quand ils parlent de leurs œuvres. C’est vrai que je pourrais leur dire la vérité, soit que je n’ai pas eu le temps de les lire. Sauf que c’est moins gênant de faire semblant d’avoir dévoré leur dernier ouvrage. Excepté quand ils me posent une question piège et me prennent en flagrant délit de mensonge. Donc, j’achète beaucoup de bouquins québécois!

Fini la malbouffe !

Troisième changement: surveiller mon alimentation. Fini la malbouffe, les desserts chimiques et les grignotines salées. De celles dont on ne peut s’empêcher de vider le sac. Désormais, je ne jure que par le bio, le crudivorisme et les produits du terroir. À moi les épiceries fines, les fruiteries haut de gamme et les viandes achetées directement du producteur.

Quatrième mission pour 2015: boire moins d’alcool. Beaucoup moins, en fait... Sage décision, mais un peu plate quand même. Hummm... oublions-la pour l’instant. Impossible de tout faire en même temps, gardons-en pour 2016.

-«Ta-dam», dis-je fièrement à ma Best, en lui montrant ma liste qu’elle lit à la vitesse de l’éclair.

-«Rien sur tes amours?»

Mes amours? Petite comique, va! Elle sait très bien que je n’ai pas de véritable relation amoureuse. Tout ce que je vis, c’est cette histoire sans lendemain avec Collègue Sanguinolent, un auteur de polar... en couple. Je ne vois pas quelle résolution je pourrais prendre à ce sujet.

Mon amie me suggère de ne plus le fréquenter. Quelle idée saugrenue! D’autant plus que ça ne rencontre pas du tout mon objectif: faire de moi une meilleure personne.

Au contraire, sans sa présence (même rare), je risquerais de devenir une romancière frustrée. Et quand je suis fru, les idées ne sortent plus et c’est la page blanche. Moins j’écris, plus je suis insatisfaite et ainsi de suite. Un vrai cercle vicieux dans lequel elle ne souhaite surtout pas me voir embarquer.

Argument massue !

Elle se range donc à mes arguments, tout en me faisant remarquer qu’il manque un élément à ma liste. Le plus important. Celui avec lequel je lui casse les oreilles depuis des mois, me rappelle-t-elle.

Ah oui! Je sais de quoi il s’agit: payer mes dettes et ne plus en avoir. Oui, il est vraiment temps que je m’attaque à mon budget. Je vais même mettre le ciseau dans ma Visa. Et ma Mastercard. Et ma carte La Baie. Et celle de Future Shop. Et toutes les autres.

Voilà! Ma liste est complète. Je la révise avec une certaine fierté quand je m’aperçois que j’ai un sérieux problème. Comment vais-je faire pour tenir tous mes engagements si je n’ai pas d’argent? Mon entraîneur, je vais le payer comment? Et le dernier roman historique de mon amie Susan? Et mon chou kale bio?

Que c’est compliqué, vouloir s’améliorer! Je me tourne vers ma Best qui tient dans ses mains le menu de la pizzéria du coin... Miam!

-«Sais-tu quoi? T’as raison! C’est de la foutaise cette histoire de résolution. On remet ça à 2016.»

Je déchiquette ma feuille en mille morceaux, je commande une pizza toute garnie extra-bacon et j’ouvre une bouteille de vin rouge. Quelle belle façon de commencer l’année 2015. J’en souhaite tout autant à ceux qui ont le courage de prendre des résolutions. Qu’ils les honorent ou pas!