/news/society
Navigation

Le port de caméras par les policiers réduit le recours à la force, selon une étude

File photo of a police body camera is seen on an officer during a news conference on the pilot program dubbed 'Big Brother' at the NYPD police academy in New York
Photo d'Archives

Coup d'oeil sur cet article

Le port de caméra par les policiers réduit grandement le recours à la force excessive dans le travail des agents, selon une nouvelle étude britannique.

Le port de caméras par les policiers réduit grandement le recours à la force excessive dans le travail des agents, selon une nouvelle étude britannique.

Des chercheurs de l’Université de Cambridge viennent de publier les conclusions de leur étude effectuée pendant 12 mois au sein de la police de Rialto, en Californie, en 2012. Selon les auteurs, chez les policiers qui portaient une caméra vidéo, l’usage de la violence a baissé de 59 % par rapport à l’année précédente et les plaintes contre eux ont diminué de 87 %.

Le fait que leurs agissements soient enregistrés rend les policiers plus conscients de leurs actions et minimise l’usage de la force, affirment les chercheurs qui croient que le port de caméras est un «traitement préventif» pour contrer les dérapages dans les interventions policières.

Après le passage des scientifiques à Rialto en 2012, en raison de la baisse significative de l’usage de la force par ses agents et la réduction du nombre de plaintes, le service de police de Rialto a mis sur pied un programme de trois ans dans le cadre duquel les policiers doivent porter une caméra sur leur uniforme.

Une trentaine d’autres corps policiers à travers le monde ont intégré cette technologie dans leur travail, à la lumière des résultats de cette étude.

«Les caméras portées sur soi peuvent améliorer le travail des policiers ainsi que la démocratie, a affirmé le Dr Barack Ariel. Elles peuvent stopper la montée de violence dans les situations explosives.»

Les résultats de l’étude ont été publiés dans le Journal of Quantitative Criminology.