/news/health
Navigation

La grippe fait déborder bien des urgences

Plusieurs régions du Québec sont durement touchées

Hôpital Cité de la Santé
Photo d’archives Les personnes souffrant des symptômes de la grippe ont pris d’assaut les salles d’urgence.

Coup d'oeil sur cet article

Les personnes grippées se bousculent aux urgences ces jours-ci, si bien que certaines débordent. Et fonctionnent à plus de 200 % de leur capacité.

Les personnes grippées se bousculent aux urgences ces jours-ci, si bien que certaines débordent. Et fonctionnent à plus de 200 % de leur capacité.

«C’est essentiellement la grippe qui pose problème. Elle est particulièrement virulente et sa propagation est encore plus rapide cette année», explique Dr Francis Méthot, de l’hôpital Maisonneuve-Rosemont.

Comme plusieurs urgences du Québec, celle de cet hôpital fonctionnait avec un taux d’occupation de ses civières de plus de 100 % hier, soit à 180 %.

«En temps normal, on roule à 128 % de notre capacité. À 140 %, il y a surcapacité sur les étages. Là, on a rouvert une unité et appelé des gens en vacances pour y faire face», ajoute-t-il.

Or, l’urgence n’est pas toujours le meilleur endroit. En 24h de dimanche à lundi, les urgences de Sainte-Justine ont enregistré 267 admissions.

«C’est énorme», souligne la porte-parole Mélanie Dallaire.

De ces admissions, 104 étaient liées à des symptômes «d’allure grippale» et 90 ont été renvoyés chez eux.

«On comprend très bien que les parents sont inquiets. Mais la grande majorité des cas sont retournés à la maison. Souvent, de l’eau, une bonne couverte et du repos sont la meilleure chose», lance Mme Dallaire.

10 heures à l’urgence

D’autant plus que les patients dont l’état n’est pas des plus sérieux risquent de devoir patienter «des heures et des heures aux urgences. Jusqu’à 10 heures pour certains. Et ils risquent d’attraper autre chose en raison de la proximité avec d’autres malades», plaide la porte-parole.

Si l’eau et le repos n’y font pas, les cliniques sans rendez-vous ou les médecins de famille restent une meilleure alternative pour les patients grippés que l’urgence, ajoute-t-elle.

Emmanuelle Carrier, de l’Agence de la santé de Montréal, abonde dans le même sens. Elle suggère donc aux gens dans le doute de contacter Info-Santé au 811 avant de se présenter aux urgences. Les infirmières sauront orienter les patients.

N’empêche qu’il ne faut pas hésiter à consulter si nécessaire. «Rester à la maison ou pas, ça dépend vraiment de la situation», dit-elle.

Encore plus ?

«Il est trop tôt pour dire si le pic de la grippe est atteint et si le nombre de cas va diminuer dans les prochains jours», indique la porte-parole du ministère Marie-Claude Lacasse.

Chose certaine, «il est permis de penser (que le fort achalandage est dû aux grands nombres de cas de grippe). C’est sûr que ça s’ajoute au volume déjà soutenu dans les urgences», dit-elle.

D’ailleurs, certaines régions sont plus durement frappées que d’autres par la grippe. Il s’agit de Montréal, Québec, Laval, les Laurentides, Lanaudière, le Saguenay, Chaudières-Appalaches et la Mauricie-Centre-du-Québec.

Peu avant Noël, une partie des autorités sanitaires de Montréal ont tenu une conférence de presse pour convaincre ceux touchés par des symptômes grippaux d’éviter les urgences.

Pour savoir quand se présenter aux urgences : santemontreal.qc.ca/externe/hiverensante/

Quelques cas de salles d’urgence qui fonctionnent au-delà de leurs capacités (taux d’occupation de civières)
236 %
Centre hospitalier Pierre-LeGardeur
200 %
Hôpital Jean-Talon
184 %
Hôpital de Hull
180 %
Hôpital Maisonneuve-Rosemont
175 %
Hôpital mémorial de Wakefield
173 %
Hôpital général de Montréal (CUSM)
164 % 
Hôpital de Saint-Jérôme
150 %
Urgence de Lachute
Source : Agences de la santé publique des régions concernées en date de lundi 11 h.