/news/society
Navigation

La journée noire du 7 juin passera à l’histoire

Les drames conjugaux, passionnels et familiaux auront marqué l’année 2014

La journée noire du 7 juin passera à l’histoire
Photo courtoisie

Coup d'oeil sur cet article

L’année 2014 passera à l’histoire en raison d’une journée noire qui a secoué Montréal l’été dernier: pas moins de quatre homicides ont été commis le même jour. Du jamais vu.

Les détectives affectés aux homicides à la section des crimes majeurs de la police de Montréal enregistrent 28 meurtres cette année, le même nombre que l’an passé. Jamais la police de Montréal n’en a noté moins sur son territoire.

Mais c’est la journée du 7 juin qui a marqué les policiers cette année, avec près de 15 % des homicides commis le même jour, dans quatre événements distincts.

La main à la pâte

Une octogénaire empoisonnée, une affaire de gangs de rue, deux drames conjugaux, dont un touchant une adolescente.

«Des enquêteurs en congé et des policiers affectés à d’autres départements ont dû mettre la main à la pâte», se souvient le commandant Patrice Carrier.

La police de Montréal affiche un taux de résolution de 43 %.

Les policiers de Montréal sont particulièrement fiers d’avoir élucidé le meurtre de Tricia Boisvert, dont le suspect avait été capturé en Outaouais, au terme d’une chasse à l’homme de plusieurs semaines, menée avec plusieurs corps policiers.

Patrice Carrier
Police de Montréal
Photo courtoisie
Police de Montréal

10 morts en trois semaines

Au Québec, ce sont les drames passionnels, conjugaux et familiaux qui ont retenu l’attention cette année, alors que certains ont provoqué plusieurs décès.

Ils comptent pour le tiers des 71 homicides commis au Québec. En moins de quatre semaines, les trois meurtres les plus sanglants de l’année ont causé pas moins de 10 morts. (voir page de gauche)

Les détectives de la Sûreté du Québec ont eu la lourde tâche d’enquêter sur le plus meurtrier de ces crimes, qui a fait cinq morts, à Sainte-Croix et Saint-Isidore.

La SQ termine son année avec 26 crimes sur 32 qui ont été résolus, soit un taux de 81 %.

À la SQ, on est plutôt fier d’avoir coffré rapidement l’accusé du meurtre du chauffeur de taxi Hygin Veilleux, à Saint-Georges.

André Duchesne
Sûreté du Québec
Photo courtoisie
Sûreté du Québec

Bas niveau d’homicides

«On travaille pour les familles, en quelque sorte, dit le lieutenant André Duchesne. Elles souhaitent toutes que l’assassin soit arrêté, pour faire leur deuil.»

Il ne faudrait pas passer sous silence les meurtres des jeunes Boisvert et Chevalier, dans le triple meurtre de Trois-Rivières, survenu en février. Le drame est tristement passé à l’histoire par le nombre de morts, mais aussi par l’âge des victimes et des suspects: quatre des cinq personnes impliquées n’avaient que 17 ans.

Tous ces crimes lourds n’ont toutefois pas empêché le nombre des homicides de se maintenir à un niveau très bas.

Avec 71 meurtres commis au Québec, c’est 144 de moins qu’en 1985, alors qu’on en avait dénombré 215.

Les spécialistes estiment que le vieillissement de la population, le contrôle des services policiers, la diminution des cas de violence conjugale et la performance des centres de traumatologie expliquent la tendance à la baisse du nombre de meurtres.

Recherche: Jean Fortier


CRIME ORGANISÉ

Une « Queenpin » abattue

La journée noire du 7 juin passera à l’histoire
Photo d'archives
Le meurtre d’une femme de 32 ans, abattue dans sa voiture le 19 mars, à Lachine, cachait une affaire surprenante. Il s’agissait d’une «Queenpin», une trafiquante de drogue recherchée par les autorités américaines: Elizabeth Barrer. 
 
Mort comme il a vécu
 
La journée noire du 7 juin passera à l’histoire
Photo d'archives
 
Mêlé aux gangs de rue et proche de la mafia, le caïd Ducarme Joseph a été passé par les armes, le 1er août. Il est tombé dans un traquenard près d’un restaurant McDonald’s du quartier Saint-Michel. Ayant survécu au carnage de sa boutique Flawnego, en mars 2010, il a eu moins de chance cette fois. 
 
CRIME SEXUEL
 
Pauvre Jenique
 
La jeune femme, Jenique Dalcourt, a été retrouvée morte battue le 22 octobre, sur une piste cyclable du Vieux-Longueuil, dans ce qui a toutes les apparences d’un crime sexuel. La victime de 23 ans revenait du boulot. Un homme dans la mi-vingtaine a été arrêté puis relâché, faute de preuves. L’enquête se poursuit.
 
TERRORISME
 
Il approchait de la retraite
 
La journée noire du 7 juin passera à l’histoire
Photo d'archives
 
Un militaire a été victime d’une attaque terroriste, le 20 octobre, à Saint-Jean-sur-Richelieu. L’homme de 53 ans, Patrice Vincent, a été fauché par une voiture conduite par Martin Couture-Rouleau, un converti à l’islam qui s’était radicalisé.
 
VICTIME INNOCENTE
 
le fils visé, la mère atteinte
 
Une femme de 62 ans a vraisemblablement été la victime des mauvaises fréquentations de son fils, le 7 juin, dans un appartement de la rue Camille, à Lachine. En fin de soirée, un suspect aurait fait irruption et fait feu dans le but d’atteindre un homme qui s’y trouvait, selon nos informations. Celui-ci a été atteint à un pied, mais la pauvre dame a été blessée et a succombé à ses blessures.
 
Femme empoisonnée
 
Une dame de 81 ans, Aline Kelleney, a été victime d’un meurtre commis d’une façon pour le moins rarissime: elle a été empoisonnée. Sa fille de 59 ans fait face à des accusations criminelles.
 
DES DRAMES MEURTRIERS
 
Famille décimée
 
La journée noire du 7 juin passera à l’histoire
Photo d'archives
 
Le pire drame du Québec cette année s’est joué entre Sainte-Croix-de-Lotbinière et Saint-Isidore, le 2 février. N’acceptant vraisemblablement pas une séparation, Martin Godin aurait abattu ses deux filles Béatrice et Médora, à Saint-Isidore, avant d’aller étrangler son ex-conjointe Nancy Samson et abattre son nouveau copain Benoit Daigle, à Sainte-Croix. Le tireur s’est ensuite donné la mort.
 
Jeune jalousie 
 
La journée noire du 7 juin passera à l’histoire
Photo d'archives
 
La mort de trois jeunes, suivie de l’arrestation de deux adolescents, à Trois-Rivières, a secoué le Québec, le 11 février. La jeune Raphaëlle Boisvert et son copain Jessy Chevalier, tous deux âgés de 17 ans, ainsi que la sœur de Raphaëlle, Roxanne, ont été tuées par arme à feu. L’un des deux jeunes accusés a reconnu sa culpabilité. L’autre est en attente de procès. 
 
À la façon de Dexter
 
La journée noire du 7 juin passera à l’histoire
Photo d'archives
 
Le meurtre de deux cadres de la SAQ, trouvés morts dans leur domicile de Terrebonne, n’est pas passé inaperçu, le 13 février. Guillaume Gélinas aurait assassiné son père Luc Gélinas et la conjointe de celui-ci Julie Lemieux. La préparation de ces crimes avait été très méticuleuse et laissait penser à des méthodes employées dans la populaire télésérie Dexter, a-t-on appris. 
 
71 Victimes
Hommes
43 (61 %)
Âge moyen: 43 ans
Femmes
18 (25 %)
Âge moyen: 43 ans
Enfants
10 (14 %)
Âge moyen: 11 ans
Victime la plus jeune: un bébé secoué âgé de 11 mois
Victime la plus âgée: une femme de 81 ans, empoisonnée à mort
39 suspects
Hommes
32 (82 %)
Femmes
4 (10%)
Adolescents
3 (8%)
Plus jeune: 12 ans
Plus âgé: 64 ans
Âge moyen des suspects: 32 ans
Arme
Arme à feu
24 (34 %)
Arme blanche
22 (31 %)
Force physique
12 (17 %)
Arme contondante
3 (4 %)
Incendie
2 (3 %)
Empoisonnement
1 (1 %)
Autres
7 (10 %)
Mobile
Familial/conjugal/passionnel
24 (33 %)
Conflit/querelle
22 (30 %)
Règlement de compte
12 (17 %)
Vol
2 (3 %)
Sexuel
1 (1 %)
Autres
10 (14 %)
Homicides
71
en 2014
68
en 2013
108
en 2012
215
en 1985
taux de résolution
Sûreté du Québec
81 %
SPVM
43 %
Total au Québec
65 %
35 % des meurtres n’ont pas été résolus, soit 25 homicides