/news/society
Navigation

Des hausses partout en 2015

De nombreuses augmentations de prix et de tarifs viennent s’ajouter aux hausses annoncées par Québec

Coup d'oeil sur cet article

Épicerie, garderie, électricité, transports en commun. Frappés de toutes parts par les hausses de tarifs qui les attendent en 2015, plusieurs consommateurs auront de la difficulté à joindre les deux bouts.

Épicerie, garderie, électricité, transports en commun. Frappés de toutes parts par les hausses de tarifs qui les attendent en 2015, plusieurs consommateurs auront de la difficulté à joindre les deux bouts.

«Il y a une hausse partout!» s’exclame Nancy Wilson, une infirmière auxiliaire rencontrée dans le stationnement d’un supermarché du quartier Côte-des-Neiges. «Avec trois enfants, on ne peut pas vraiment couper.»

Diverses hausses de prix viendront s'ajouter à celles annoncées par le gouvernement Couillard cet automne, qui priveront la famille québécoise moyenne de 1343 $ par année, soit l’équivalent de 17 cafés par semaine.

Si quelques personnes interrogées par le Journal se sont montrées satisfaites de voir Québec faire le ménage dans ses dépenses, la plupart remarquent que le coût de la vie augmente plus vite que leurs revenus.

«C’est vraiment un problème. On pense à déménager à Calgary», se désole Mme Wilson, qui a l’impression qu’elle pourrait boucler son budget plus facilement dans l’Ouest, où les salaires sont plus élevés.

« On va rigoler »

L’une de ces hausses inquiète particulièrement les chefs de famille et n’a que peu à voir avec le gouvernement: la hausse du prix des aliments. L’Institut alimentaire de l’Université de Guelph estime que le prix des légumes et de la viande pourrait augmenter de 3 à 5 % en 2015.

«Déjà on limite de plus en plus la viande à cause du prix. Et cette année, ça va être encore plus dur», indique Nathanel Weill. «Avec un bébé en CPE, on va bien rigoler», ironise ce père de famille.

Les vêtements sont une dépense dans laquelle plusieurs ont dit couper lorsque le budget se fait serré. Les télécommunications entrent aussi dans la catégorie des dépenses non essentielles, selon plusieurs.

Mais pour les personnes qui sont le plus prises à la gorge, la nourriture est malheureusement souvent la seule dépense élastique, déplore Philippe Viel, de l’Union des consommateurs.

«C’est certainement les hausses d’Hydro-Québec qui vont avoir le plus d’impact», croit-il toutefois.

«Il n’y a pas une semaine qu’on n’a pas de courriel sur les factures d’Hydro-Québec», soutient de son côté Lisanne Blanchette d’Option consommateurs.


Trois personnes préoccupées par les hausses, rencontrées au Village des Valeurs du quartier Hochelaga, à Montréal.

Inflation = 2 %

Augmentations à prévoir:
 
►  Tarifs d’électricité

Pourraient augmenter de 2,4 % ou de 3,9 %. La société d’État doit toutefois demander la permission à la Régie de l’énergie, qui rendra sa décision en février ou en mars.

► Prix du panier d’épicerie

Pourrait augmenter de 2,4 %, estime l’Institut alimentaire de l’Université de Guelph. Le prix des légumes et de la viande devrait augmenter de 3 à 5 %.

► Tarifs en garderie subventionnée

Augmenteront en fonction du revenu pour les familles qui gagnent 50 000 $ et plus.

► Taxes municipales

Dans plusieurs villes, elles augmenteront plus que l’inflation. Ce sera le cas notamment à Laval (+3,2 %), à Longueuil (+3,9 %) et à Repentigny (+4,8 %). À Montréal, la hausse moyenne sera de 2,2 %.

► Tarifs du transport en commun

À Montréal, la carte mensuelle autobus-métro de la STM coûtera 82 $, soit 2,50 $ de plus qu’en 2014. Le tarif d’utilisation du train de banlieue de l’AMT augmentera de 3 %. Le titre TRAM zone 1 augmentera de 2,50 $ et un titre TRAIN de zone 1 augmentera de 2 $.

► Postes Canada

Les tarifs des services de colis augmenteront en moyenne de 4,2 % pour les envois qui se font à l’intérieur du Canada.

► Crédit d’impôt pour cotisations à un syndicat ou ordre professionnel

Baissera de 20 % à 10 %.

► Taxe sur l’essence

Devrait alors augmenter d’environ 2 ¢ le litre.

► Taxe sur l’assurance auto

Passera de 5 % à 9 %.

► Péages

Les tarifs du péage de l’A30 augmenteront de 20 % le 1er février. Pour une voiture ordinaire, chaque passage coûtera 2,40 $ plutôt que 2 $. Sur l’A25, la hausse du tarif de péage ne sera annoncée qu’en mars ou avril.

► Coût d’immatriculation des gros cylindrés

Augmentera d’environ 200 $.

► Taxes scolaires

Dépendra des commissions scolaires. L’an passé, certains propriétaires se sont vu imposer des hausses de 15 à 30 %.​