/homepage
Navigation

Chute fatale de 60 mètres

Un alpiniste expérimenté périt tragiquement en chutant d'un mur de glace

Dominique Morin aurait perdu pied après que des glaces lui sont tombées dessus. Ses amis s’expliquent mal l’accident.
Photo courtoisie Dominique Morin aurait perdu pied après que des glaces lui sont tombées dessus. Ses amis s’expliquent mal l’accident.

Coup d'oeil sur cet article

Un alpiniste expérimenté a connu une fin tragique, dimanche après-midi, après avoir chuté des parois d'un mur de glace qu'il escaladait, dans une petite municipalité située en bordure de la rivière Saguenay.

Dominique Morin, 31 ans, président du Club de montagne de Saguenay, a vraisemblablement perdu pied après avoir été frappé par des glaces qui se sont détachées de la montagne où il a été retrouvé, soixante mètres plus bas, sur le territoire de la municipalité de Sacré-Coeur, aux limites du Saguenay et de la Côte-Nord.

Inconscient à l'arrivée des ambulanciers, son décès a été constaté lors de son transport à l'hôpital. Par miracle, son compagnon, Jeff Goulet, âgé de 22 ans, n'a subi aucune blessure.

« Incompréhensible »

Un ami de la victime, Simon Jean, qui avait souligné la fin de l'année avec la victime à l'occasion d'une escalade dans le secteur de L'Anse-Saint-Jean, il y a quelques jours, s'explique mal ce qui a pu arriver.

«Je connaissais très bien Dominique et ce n'est sûrement pas une erreur de sa part. Il savait très bien comment s'y prendre en escaladant cet endroit. J'ai de la misère à comprendre ce qui s'est passé et je trouve incompréhensible que les deux soient tombés de si haut. Lorsqu'un alpiniste perd pied, il réussit à arrêter sa chute avec les grappins de ses chaussures», confie l'homme, en entrevue au Journal.

Consterné, François Simard de Saguenay, un autre alpiniste qui connaissait très bien la victime pour avoir effectué plusieurs escalades en sa compagnie ne peut expliquer le drame qui a coûté la vie à son ami.

«C'est vraiment étrange comme accident. En théorie, les deux personnes sont encordées ensemble. Même si l'on reçoit un débris sur la tête, celui qui se trouve en rappel peut retenir l'autre», dit-il.

Survivant en état de choc

Yves Gauthier, directeur du service incendie de Sacré-Cœur, fut l'un des premiers répondants à se rendre sur les lieux de l'événement.

«Au total, 12 pompiers de Sacré-Cœur et 4 de Tadoussac se sont rendus auprès des victimes. La victime était inconsciente tandis que Jeff Goulet, le survivant, se trouvait en état de choc. Il était capable de marcher. Nous l'avons aidé à s'installer dans l'ambulance», relate-t-il.


Un alpiniste apprécié
 
Voici quelques commentaires recueillis sur Facebok, à la suite du décès tragique de Dominique Morin
 
«Repose en paix Dom... j'vais m'ennuyer de grimper avec toi, de ta bonne humeur et ton amour pour un merveilleux sport qui malheureusement t'a emporté. Tu resteras toujours dans ma mémoire, adieux mon ami» - Enrick Paré.
 
«Mes sympathies à tous ses proches. C'est un choc d'apprendre une telle nouvelle. Je garderai en mémoire la présence d'un gars jovial, passionné et intense. Je n'en reviens juste pas » - Marc Durepos.