/world/europe
Navigation

8 choses qu’on sait sur l'attentat qui a fait 12 morts

Des policiers examinent une voiture utilisée par les présumés tireurs.
AFP Des policiers examinent une voiture utilisée par les présumés tireurs.

Coup d'oeil sur cet article

Voici 8 choses qu’on sait sur la fusillade de Charlie Hebdo :

1. Deux ou trois hommes sont entrés dans le siège social de Charlie Hebdo, cagoulés et lourdement armés de fusils mitrailleurs Kalachnikov. Ils ont tiré de nombreux coups de feu sur les gens présents.

2. Selon les dernières informations, 12 personnes sont mortes, dont deux policiers.

3. Le directeur et dessinateur, Stéphane «Charb» Charbonnier et les dessinateurs Cabu, Wolinski et Tignous ont été tués dans l'attaque, selon une source judiciaire contactée par Le Monde.

4. Il s’agit d’un attentat terroriste, selon le président français François Hollande.

5. Sur une vidéo de l’attentat tournée depuis le toit d'un immeuble voisin, les assaillants auraient crié «On a vengé le prophète» et crié «Allahou Akbar», mais aucune revendication n’a encore été faite.

6. Sur une autre vidéo, on aperçoit deux tireurs en fuite dans la rue, ils tirent sur un policier qui lève ses bras dans les airs, mais un des assaillants tire en sa direction, puis s'approche pour tirer à nouveau sur lui. Les deux personnes ont ensuite pris la fuite à bord d’une voiture en criant ««Eh! On a vengé le prophète Mohamed​! On a tué Charlie Hebdo!»​. Ils auraient changé de véhicule en route. Ils sont activement recherchés par la police.

7​. Selon une journaliste de l’hebdomadaire Charlie Hebdo, «les attaquants étaient renseignés et savaient qu’il y avait le mercredi à 10 h la réunion de rédaction hebdomadaire. Sinon, le reste de la semaine, il n’y a pas grand monde dans les locaux», a-t-elle mentionné au journal Le Monde.

8. Selon une journaliste de Charlie Hebdo, le directeur de la publication «Charb» était sous protection policière constante. Selon elle, le journal recevait sans cesse des menaces, mais ne les prenait pas au sérieux, ils y étaient habitués.