/news/currentevents
Navigation

L’Église catholique de Québec condamne l’attentat chez «Charlie Hebdo»

JDQ_08_Mgr_Lacroix
Photo d'archives

Coup d'oeil sur cet article

L’Église catholique de Québec a condamné «fermement» l’attentat terroriste survenu mercredi au journal «Charlie Hebdo», «en communion» avec l’Église de France.

«Tuer au nom de Dieu est une horreur indicible», a déclaré le cardinal et archevêque de Québec Gérald Cyprien Lacroix.

L’Église catholique de Québec a dit faire sienne et partager «chacun des mots» choisis par la Conférence des évêques de France qui, dans un communiqué, a rappelé «l’exigence de la fraternité».

«Dans cette situation où la colère peut nous envahir, nous devons plus que jamais redoubler d’attention à la fraternité fragilisée et à la paix toujours à consolider», a tenu à rappeler le porte-parole de la Conférence des évêques de France, tout en ajoutant que rien ne peut justifier une telle violence.

L'archevêque de Montréal, Mgr Christian Lépine, a «exprimé sa grande peine que l'on se serve de Dieu pour justifier des actes meurtriers horrifiants [...]  Quelles que soient nos croyances, en tant qu'êtres humains, nous sommes tous frères et sœurs.»

Pour sa part, la communauté juive québécoise s’est dite «horrifiée» par l’attentat contre la liberté de presse, qualifiant l’attaque de «lâche».

«La liberté de presse est un principe fondamental des démocraties libérales. Quand des journalistes sont ciblés par la violence, ce sont tous les citoyens des pays libres qui sont ciblés», a déclaré le vice-président (Québec) du Centre consultatif des relations juives et israéliennes, Luciano G. Del Negro.

Le Congrès musulman canadien a condamné sur Twitter «l’attaque islamiste barbare contre la liberté d’expression» survenue à Paris.

Le Ahmadiyya Muslim Jama`at Canada a également condamné «catégoriquement et sans équivoque» l’attaque terroriste contre «Charlie Hebdo».

«Il n’est jamais bon de provoquer les sentiments religieux de toute personne religieuse, a cependant rappelé l’organisation, qui a aussi dit regretter que de tels actes de violence et activités terroristes continuent d'être associés à l’islam «en dépit du fait qu’ils n’ont rien à voir avec les vrais enseignements de l’islam».