/world/europe
Navigation

Fusillade près de Paris, une policière perd la vie

FRANCE-SHOOTING/SHOTS
Photo Charles Platiau / Reuters

Coup d'oeil sur cet article

MONTROUGE - Moins de 24 heures après l'attentat contre Charlie Hebdo, une fusillade a éclaté jeudi matin à Montrouge (Hauts-de-Seine) au cours de laquelle un homme, toujours en fuite, a tiré à l'arme de guerre sur deux agents municipaux, faisant un mort.

Les deux victimes sont  un agent de voirie, dans un état critique et une policière. L'agente a succombé à ses blessures quelques heures après les événements.

Le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve a quitté en urgence la réunion de crise organisée autour de François Hollande pour se rendre sur les lieux.

L'auteur présumé, porteur d'un gilet pare-balles, d'une arme de poing et d'un fusil mitrailleur, est toujours en fuite, a ajouté le ministre alors qu'un homme de 52 ans a été interpellé peu de temps après la fusillade. «Visiblement ce n'était pas le bon. L'homme que l'on recherche s'est enfui à bord d'une Clio qui vient d'être retrouvée à Arcueil (Val-de-Marne)», a précisé une source policière.

Il n'y a pas à ce stade «de lien établi avec l'attentat de Charlie Hebdo», dans lequel douze personnes sont mortes, ont déclaré de leur côté des sources proches du dossier.

Vers 7 h 50 un accident de la circulation a lieu entre deux véhicules. La police municipale et la voirie sont appelées sur les lieux. Peu après 8 h 00 des coups de feu éclatent. Une policière municipale est touchée au niveau de la gorge et l'agent de la voirie est également grièvement blessé, selon les premiers éléments de l'enquête.

C'était «une scène de panique», a relaté un habitant de la rue, Ahmed Sassi, 38 ans. Il explique avoir été réveillé par «deux détonations». Depuis la fenêtre de sa cuisine, il raconte avoir vu «un policier debout dans la rue. Un homme en habit sombre lui a tiré dessus à bout portant, tout en continuant à courir».

Un périmètre de sécurité a été mis en place. De nombreux policiers et équipes de secours sont présents sur les lieux, a constaté une journaliste de l'AFP.

Bernard Cazeneuve a appelé à la «maîtrise» et au «sang-froid», pour faciliter «le dénouement des enquêtes en cours dans les meilleurs conditions».

Explosion criminelle près d'une mosquée

Des lieux de culte musulmans ont été visés dans trois villes de France depuis mercredi soir par des actes criminels qui n'ont pas fait de victimes, a-t-on appris de sources judiciaires jeudi, au lendemain de l'attaque meurtrière contre le journal satirique Charlie Hebdo.

Au Mans, trois grenades d'exercice ont été lancées et au moins un coup de feu tiré contre une mosquée d'un quartier populaire peu après minuit.

À Port-La-Nouvelle, deux coups de feu ont été tirés en direction d'une salle de prière musulmane en soirée, une heure environ après la fin de la prière, a indiqué à l'AFP le procureur à Narbonne, David Charmatz.

«Bien évidemment que c'est quelqu'un qui a cru bon de venger je ne sais quoi ou je ne sais qui», a déclaré M. Charmatz, interrogé sur un possible lien avec le sanglant attentat mercredi contre le journal satirique Charlie Hebdo, pour lequel deux frères sont activement recherchés.

Jeudi à l'aube, une explosion d'origine criminelle s'est produite devant un restaurant kebab près d'une mosquée à Villefranche-sur-Saône, dans le centre-est. «C'est lié a priori à la situation dramatique» créée par l'attentat contre Charlie Hebdo, a estimé le maire de la ville, Bernard Perrut, en appelant à «la cohésion, l'unité et le respect».

Cette série d'actes criminels intervient au lendemain du plus sanglant attentat survenu en France depuis 50 ans, qui a fait douze morts, dont huit journalistes de Charlie Hebdo et deux policiers, et déclenché une traque effrénée en France pour retrouver deux suspects, deux frères dont un jihadiste connu des services de police français.