/news/health
Navigation

Traitement de plaie, contraception: les infirmières auront de nouveaux pouvoirs à l'automne

hôpital Pierre-Boucher
Photo d’archives

Coup d'oeil sur cet article

Les infirmières auront de nouveaux pouvoirs à l’automne prochain, alors qu’elles pourront prescrire des médicaments pour traiter les plaies et des moyens de contraception hormonale.

Les infirmières auront de nouveaux pouvoirs à l’automne prochain, alors qu’elles pourront prescrire des médicaments pour traiter les plaies et des moyens de contraception hormonale.

«C’est une bonne nouvelle pour la population afin d’améliorer l’accès aux soins et la qualité des soins», se réjouit Lucie Tremblay, présidente de l’Ordre des infirmières et infirmiers du Québec.

Lucie Tremblay
Présidente OIIQ
Photo d'archives
Présidente OIIQ

C’est après discussion avec le Collège des médecins que ce dernier et l’Ordre des infirmières se sont entendus sur ces changements.

«Nous nous sommes mis à la place du patient. Nous voulons améliorer la fluidité des soins et rendre les traitements plus efficaces», explique le secrétaire adjoint du Collège, le Dr Jean-Bernard Trudeau.

Traitement rapide

Le nouveau règlement touche particulièrement les patients à domicile qui reçoivent la visite des infirmières pour traiter des plaies.

Quelque 8000 infirmières pourront «prescrire des analyses, des produits, des médicaments et des pansements reliés au traitement des plaies», selon ce qu’indique le règlement.

Cette décision rendra non seulement le travail de l’infirmière plus facile puisqu’elle n’aura pas à contacter le médecin pour le faire, mais sera aussi un avantage considérable pour le patient.

«Les plaies de pression sont souvent très souffrantes pour le patient. Avec cette décision, il n’aura pas à se déplacer chez le médecin et le traitement rapide favorisera la guérison», soutient MmeTremblay.

«La qualité de vie du patient en sera grandement améliorée», ajoute le Dr Trudeau.

Accessibilité

Les infirmières pourront aussi prescrire certains médicaments pour cesser de fumer et différents types de contraception hormonale. Une bonne nouvelle pour l’accessibilité à la contraception, estime Mme Tremblay.

«Ce sera une bonne chose pour les infirmières en milieu scolaire notamment, cite en exemple Mme Tremblay. Les jeunes sont souvent intimidés de parler de ce sujet, alors moins il y aura d’intervenants, plus il sera facile pour eux de se protéger.»

Des médicaments pour traiter des infections asymptomatiques gonococciques ou à la chlamydia pourront aussi être prescrits.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.