/misc
Navigation

Attaques contre Charlie Hebdo, bon ou mauvais pour le Front National?

File photo of a policeman standing guard outside the French satirical weekly "Charlie Hebdo" in Paris
Photo Reuters

Coup d'oeil sur cet article

La fusillade à Charlie Hebdo à Paris cette semaine est une véritable tragédie et un rappel que le risque terroriste existe toujours bel et bienLes exemples de soutiens et preuves de solidarité partout en France ainsi qu’au Québec (y compris au JdM) permettent au moins de voir du positif au milieu de ce triste évènement. 

 

Alors que la situation semble enfin être terminée (après plusieurs fusillades et prises d’otages) avec les trois suspects tués, on peut se demander si ces évènements auront un impact politique. En particulier, il semble raisonnable de penser que le Front National (le parti nationaliste d’extrême droite dirigé par Marine Le Pen) pourrait bénéficier d’un soutien accru. En même temps, il se peut que l’on verra au contraire un « rassemblement républicain » qui bénéficiera les partis du centre. Si, comme je le montrais la semaine passée, la fusillade au Parlement à Ottawa a eu un impact dans les sondages, il y a fort à parier que tel sera le cas en France. 

 

Tout d’abord, regardons la situation actuelle en France. La prochaine élection présidentielle (qui est l’élection principale, suivie par les législatives quelques mois plus tard) ne sera qu’en avril 2017, mais il y a naturellement déjà plusieurs sondages. 

Actuellement, et depuis quelques mois déjà, Marine Le Pen arrive généralement en tête. Le système français est à deux tours et nous ne savons pas encore avec certitude qui seront les candidats des principaux partis (ils feront une primaire pour cela). Mais si le président sortant François Hollande se représente, il y a en fait de bonnes chances que le Parti Socialiste ne soit pas au second tour. 

 

Vous me direz que c’est comme en 2002. Sauf que ce n’est pas vraiment le cas. Tout d’abord, en 2002, la présence du FN de Jean-Marie Le Pen au second tour était toute une surprise (qui était quelque peu prévisible mais croyez-moi quand je vous dis que cela avait été un vrai choc. Je m’en souviens fort bien car cette campagne est la première que j’ai vraiment suivie dans ma vie et j’étais sous le choc lorsque les médias français avaient montré les résultats à 20h). Le FN avait réussi à grimper à la 2e place essentiellement en raison d’une forte division du vote au sein de la gauche. Les sondages actuels ne montrent pas cela. Ils ont Marine Le Pen bien en tête.  

 

Aussi, Marine Le Pen est plus modérée est centriste que son père (au point où elle l’a carrément critiqué il y a quelques mois). Le FN reste un parti d’extrême-droite mais bien davantage de français pourraient voter pour lui. La preuve dans ce sondage où 45% se déclarent prêt à soutenir le Front National. Les sondages hypothétiques du 2e tour en 2017 montrent aussi que si Marine Le Pen était opposée à un candidat de gauche, elle pourrait en fait gagner grâce au report des électeurs de droite. Cela peut sembler normal mais jusqu’à récemment, ça ne l’était pas. Il y avait les électeurs FN et les autres. Et ceux-ci, qu’ils soient socialistes, UMP ou autre allaient systématiquement se ranger auprès du parti non-FN restant. C’est ainsi que Jacques Chirac avait eu 82% des votes au 2e tour en 2002.

 

La situation semble avoir changé et certains ténors de la droite modérée se montrent même plus ouverts à d’éventuelles alliances avec le FN (le système français est tel que les partis font en général des alliances pour le 2e tour. Par exemple les Socialistes et Verts retirent mutuellement des candidats dans certaines circonscriptions. Mais le FN a toujours été vu comme un partenaire impossible et inadmissible). 

 

Il y a également le fait que le FN a en fait déjà terminé premier lors des dernières élections Européennes l’année dernière et si les sondages disent vrai, cette formation pourrait refaire le coup lors des élections départementales en mars (oui, la France a beaucoup d’élections !). 

 

Ainsi, le FN est maintenant un parti majeur et il obtient des appuis bien plus larges qu’auparavant. Ajoutez à cela des attaques meurtrières commises par des français de religion musulmane, et vous avez potentiellement une opportunité majeure pour le FN. Ce parti est et a toujours été contre l’immigration (beaucoup qualifient ce parti de raciste) et attaque ouvertement l’islam. Ainsi, ces attaques peuvent potentiellement lui permettre d’attirer de nouveaux électeurs (note : je ne débats pas ici de la pertinence du FN ou de voter pour ce parti avant ou après ces attaques, je fais juste évoquer le fait que ces attaques ont le potentiel pour influencer les intentions de votes). 

 

En même temps, ces attaques semblent avoir rassemblé les français de toutes les origines. Il y a des mouvements de solidarité un peu partout. Un tel mouvement pourrait potentiellement permettre aux partis centristes d’améliorer leurs sorts. Sauf que voilà, alors que les autres partis organisent une « marche républicaine », le FN n’y a pas été invité. Une décision un peu étrange et qui permet au FN de jouer les victimes. 

 

Dur à dire ce qui arrivera. On a que peu d’exemples. Le meilleur pourrait être le cas de l’Espagne où des attaques terroristes avaient eu lieu à quelques jours de l’élection en 2004. Cet évènement avait eu des conséquences importantes sur le scrutin et avait en fait permis aux Socialistes de gagner. Mais les parallèles avec la France ne sont pas forcément très pertinents. L’élection en France n’aura pas lieu pour encore 2 ans. De plus, les électeurs avaient considéré le gouvernement espagnol comme partiellement responsable en 2004 ; je doute que ce sera le cas en France (au pire le gouvernement sera blâmé pour son manque d’action).

 

Au final, le cas Espagnol montre que des attentats terroristes peuvent avoir des conséquences politiques, mais c’est tout. Pour la France, les élections départementales de mars seront probablement un bon test. Si je devais parier aujourd’hui, je miserais sur un possible renforcement du FN cependant. Une nouvelle crise identitaire contre l’islam me semble bien plus susceptible de bénéficier au FN qu’aux autres partis. Ce parti en est bien conscient et est déjà en mode attaque. 

 

Je suis Charlie.