/entertainment/celebrities
Navigation

Au tour de Hollywood d’être Charlie

Coup d'oeil sur cet article

La politique s’est invitée à la cérémonie des Golden Globes, hier soir. Entre deux blagues sur Bill Cosby et la Corée du Nord, Hollywood a clairement démontré son soutien aux victimes des attentats en France. «Je suis Charlie», ont même dit en français Jared Leto et George Clooney.

La politique s’est invitée à la cérémonie des Golden Globes, hier soir. Entre deux blagues sur Bill Cosby et la Corée du Nord, Hollywood a clairement démontré son soutien aux victimes des attentats en France. «Je suis Charlie», ont même dit en français Jared Leto et George Clooney.

Twitter

«On vous aime», a aussi déclaré Leto. Le soutien de Hollywood était visible dès le tapis rouge, sur les robes et les smokings. George Clooney, à qui un prix était remis pour célébrer sa glorieuse carrière, et Kathy Bates portaient des signes «Je suis Charlie» alors que Helen Mirren avait symboliquement accroché un crayon à son épaule.

AFP
AFP

Plusieurs autres personnalités connues ont fait de même, dont le compositeur Alexandre Desplats et Patricia Arquette.

Les vedettes se sont même levées d’un trait pour applaudir quand le président de l’Association de la presse étrangère, Theo Kingma, a fait allusion aux attentats. «Ensemble, nous sommes unis contre quiconque tente de réprimer la liberté d’expression, que ce soit en Corée du Nord ou en France.»

Le rappeur Common, gagnant de la chanson de l’année composée pour le film sur la vie de Martin Luther King, Selma, a pour sa part fait une touchante allusion aux incidents raciaux récents aux États-Unis. «Ce film a réveillé mon humanité», a-t-il déclaré.

Décapantes

On a réfléchi, certes, mais on a aussi beaucoup ri aux Golden Globes. À leur troisième et dernière présence à l’animation, les coanimatrices Tina Fey et Amy Poehler ont encore été décapantes. Elles ont notamment tenu parole et osé des blagues sur les allégations de viols qui touchent Bill Cosby.

«Dans Into The Woods, Cendrillon fuit son prince, Raiponce saute de sa tour pour joindre son prince et la belle aux bois dormant croyait qu’elle prenait le café avec Bill Cosby», a lancé Poehler, déclenchant des rires nerveux dans l’assistance.

Cible de menaces terroristes, le film The Interview y a aussi goûté. L’attaque informatique attribuée à la Corée du Nord, ont-elles blagué, «nous a tous forcés à prétendre qu’on voulait voir le film».

Des prix pour tous

Du coté des prix, il était impossible de désigner un grand gagnant au moment d’écrire ces lignes. Passée la mi-soirée, l’Association avait saupoudré à parts presque égales ses trophées, autant en cinéma qu’en télévision.

Sur grand écran, Jeunesse avait pris une légère avance avec deux prix (réalisation à Richard Linklater et actrice de soutien pour Patricia Arquette), devant Birdman (scénario), Whiplash (acteur de soutien pour JK Simmons), La théorie de l’univers (trame sonore) et Les grands yeux (actrice dans une comédie pour Amy Adams) avec un chacun.

En télé, The Affair, Fargo et Transparent menaient la course avec deux Golden Globes. Des prix d’interprétation avaient notamment été remis à Kevin Spacey (House Of Cards), Maggie Gyllenhaal (The Honourable Woman) et Billy Bob Thornton (Fargo).