/finance/opinion/columnists
Navigation

À contre-courant

QMI_DELAND_15254
Photo d'archives

Coup d'oeil sur cet article

Vous vous souvenez du slogan des libéraux «Ensemble, on s’occupe des vraies affaires»?

Vous vous souvenez du slogan des libéraux «Ensemble, on s’occupe des vraies affaires»?

Est-ce que l’élection, en avril dernier, du gouvernement de Philippe Couillard a relancé la création d’emplois telle que promise par l’équipe libérale? Absolument pas!

Dans le budget du nouveau gouvernement libéral déposé en juin dernier, le ministre des Finances Carlos Leitao avait prédit que «la création d’emplois devrait retrouver une dynamique plus soutenue» au Québec. Et en conséquence, avançait-il, quelque 31 300 emplois «seront créés» en 2014.

La réalité? Le Québec vient de boucler l’année 2014 non pas avec un gain, mais plutôt avec une perte de 15 800 emplois. Ce qui représente un immense écart avec la prévision optimiste du ministre Leitao.

L’ONTARIO DAME LE PION AU QUÉBEC

Comparativement à l’Ontario et à l’ensemble du Canada, le Québec affiche une bien piètre performance sur le marché du travail. Pour l’ensemble du Canada, la création d’emplois s’élève à 185 700. En Ontario, le marché du travail présente un gain de 79 900 emplois.

Comment peut-on expliquer la contre-performance québécoise sur le marché du travail? Il me semble évident que les mesures d’austérité annoncées par le gouvernement Couillard ont littéralement freiné la croissance économique du Québec, tout en déprimant un grand nombre d’entrepreneurs et de consommateurs québécois.

Sous l’ancien gouvernement de Pauline Marois, le marché du travail avait réussi à clore l’année 2013 avec la création de 2100 emplois. C’était certes modeste comme performance, mais tout de même positif comme résultat, contrairement à l’année 2014.

LES JEUNES

Qui a été le plus touché par l’anémique marché du travail québécois en 2014?

Sur les 15 800 emplois perdus, on y relève 9700 emplois à temps plein et 6100 emplois à temps partiel.

Et c’est dans la catégorie des jeunes travailleurs de 15 à 24 ans que la grande majorité des emplois à temps plein ont été perdus en 2014.

Dans l’ensemble du Canada, on observe une tendance contraire, alors que la création d’emplois à temps plein affiche une forte haus­se de 43 600 chez les 15 à 24 ans.

PRIVÉ vs PUBLIC

Autre différence notable entre le Québec, l’Ontario et l’ensemble du Canada?

Le Québec a perdu en 2014 pas moins de 37 900 emplois dans le secteur privé. Pendant ce temps-là, l’Ontario affichait un gain de 48 300 emplois dans le secteur privé et le Canada une hausse de 97 100 emplois.

Concernant toutefois le secteur public, c’est au Québec où on constate la plus forte augmentation en termes de pourcentage. Le nombre d’emplois dans le secteur public (municipal, provincial, fédéral) a augmenté de 1,3 % au Québec, soit de 11 500 emplois. C’est quatre dixièmes de point de pourcentage de plus qu’en Ontario et dans l’ensemble du Canada.

Compte tenu de la mauvaise performance de 2014, le marché québécois de l’emploi devrait connaître en 2015 un certain regain d’énergie malgré les mesures d’austérité annoncées par le gouvernement Couillard.

On se le souhaite !