/news/society
Navigation

Des jumeaux «sympathiques», selon des voisins d’Ottawa

OttTerrorJan11
Agence QMI Les frères jumeaux fréquentaient la mosquée Assalam, dans l’est d’Ottawa.

Coup d'oeil sur cet article

OTTAWA | Des voisins qui ont vu grandir Ashton et Carlos Larmond, deux frères accusés samedi d’activités terroristes, ont été estomaqués par leur arrestation.

OTTAWA | Des voisins qui ont vu grandir Ashton et Carlos Larmond, deux frères accusés samedi d’activités terroristes, ont été estomaqués par leur arrestation.

«C’étaient deux bons garçons, très sympathiques. Lorsque j’ai entendu parler de terrorisme, j’étais en état de choc», a dit un voisin de la rue King George, dans Overbrook, un quartier d’Ottawa, où les jumeaux ont vécu avec leur grand-mère Linda Brennan.

Changements

Il avait toutefois noté des changements chez l’un d’eux, présumément Ashton, lorsqu’il s’est converti à l’islam «il y a quelques années».

«Il a commencé à avoir une barbe de plus en plus longue et à porter un bonnet (taqiyah), mais personne n’en faisait cas. C’était normal», a rajouté ce voisin.

Diplômés de l’école secondaire Rideau, à Ottawa, les frères ont joué dans plusieurs ligues de hockey de la ville.

Les jumeaux fréquentaient la mosquée Assalam, un lieu de culte important de l’est d’Ottawa, qui est lié au Centre islamique d’Ottawa.

Mais les imams Abdulhakim Moalimishak et Mahmud Aweis n’y allaient que sporadiquement. «Je ne sais pas avec qui ils étaient associés ou qui leur enseignait l’islam», a précisé Mahmud Aweis, qui a ajouté que certains fidèles lui ont dit les avoir vus à la mosquée dès 2012.

Mahmud Aweis a affirmé que «la situation est difficile» et que certains fidèles ont peur des représailles, même s’il ne s’est rien passé jusqu’à présent.

La violence dénoncée

Il a dénoncé le recours à violence pour défendre l’islam, qui n’est pas «une religion du sang et de conquête».

Il affirme toutefois que certains tentent de débusquer de jeunes hommes afin de les utiliser pour leurs propres objectifs politiques. «Ils les trouvent et les convainquent de se battre, et ils finissent probablement en se faisant exploser eux-mêmes ou ils se mettent à tuer des innocents. Et cela est inacceptable», a dit Mahmud Aweis.