/opinion/columnists
Navigation

Les dangers d’un référendum sur l’austérité

vote non référendum
Photo Fotolia

Coup d'oeil sur cet article

Pour contrer les initiatives syndicales visant à faire dérailler la démarche gouvernementale de redressement des finances publiques, nos grands quotidiens proposent d’organiser un référendum sur l’austérité. Danger! À moins que le Québec soit atteint d’un syndrome de Stockholm collectif, ce référendum risque de perpétuer la dépendance de l’État aux dépenses publiques.

J’en conviens, le redressement des finances publiques est primordial pour l’avenir du Québec. Mais il faut miser sur beaucoup d’empathie politicienne pour croire que la majorité silencieuse du Québec légitimerait, voire encouragerait, les décisions d’un État qui n’a cessé de lui confisquer ses revenus et empiété sur ses libertés depuis 50 ans.

Jusqu’ici, la soi-disant rigueur budgétaire du gouvernement Couillard, c’est d’abord et avant tout la majorité silencieuse qui en fait les frais. C’est le contribuable qui récolte les hausses de taxes, de tarifs et d’impôt décrétées au nom de l’équilibre budgétaire. C’est lui qui se fait amputer ses revenus par des hausses de tarifs de garderie, des hausses de taxes municipales, des taxes sur le carbone, etc.

Et le gouvernement? Il promet de contribuer. Non pas de couper dans ses dépenses, mais de réduire leur croissance. C’est comme ça! Les contribuables québécois sont toujours moins égaux que leur gouvernement dans le partage des efforts d’équilibrage des finances publiques.

Fausse prémisse

Mais personne n’est dupe. Alors que le gouvernement profite du prétexte du redressement budgétaire pour nous saigner davantage, il continue à essaimer les privilèges et à investir des milliards dans des projets douteux: des éoliennes, des cimenteries, des emplois chez CGI, etc.

Le problème avec cette idée de référendum, c’est qu’elle repose sur une fausse prémisse: celle que l’État ne nous prélèvera que ce dont il a besoin pour équilibrer son budget; que toutes ces nouvelles ponctions permettront à l’État de rembourser notre énorme dette, et qu’ensuite, en bon père de famille, il nous retournera ses excédents sous forme de baisses d’impôt. Mon œil!

Ce n’est pas parce qu’une majorité de Québécois est silencieuse qu’elle est stupide. Il y a longtemps qu’elle a fait sien l’enseignement de J. Buchanan (Nobel 1986) selon lequel le but de l’État est essentiellement de nous prélever le plus de revenus possible; qu’une fois qu’il nous a bien plumés, il ajuste ses dépenses en conséquence.

Problème d’obésité

Les syndicats ne sont pas la véritable source du problème; c’est plutôt l’obésité de l’État québécois. Ce sont nos gouvernements qui ont accordé aux syndicats les privilèges dont ils abusent aujourd’hui. Aussi, ce n’est qu’en limitant les ressources que le gouvernement peut nous prélever qu’on l’obligera à réduire ses dépenses et, par conséquent, à sevrer la bête syndicale.

En attendant que la majorité silencieuse se révolte et oblige nos gouvernements à mettre en place des contraintes à son pouvoir de dépenser, il faut éviter un référendum qui permettrait aux syndicats de récupérer l’exaspération des contribuables à l’endroit des abus de nos politiciens.

Bref, ce n’est pas un référendum d’appui au gouvernement qu’il faut organiser, mais la résistance fiscale des contribuables. Où est notre

Gérard Depardieu?