/news/currentevents
Navigation

«Pourquoi tu ne jettes pas ton marteau?»

Guy Miqueu a tenté de raisonner Alain Magloire.
Photo Le Journal de Montréal, Ben Pelosse Guy Miqueu a tenté de raisonner Alain Magloire.

Coup d'oeil sur cet article

Un col-bleu qui travaillait dans la rue alors que deux policiers tentaient de désarmer le sans-abri Alain Magloire a tenté de raisonner ce dernier, avant qu’il ne soit abattu.

«Pourquoi tu ne jettes pas ton marteau? Ils sont armés, ils vont te tirer», a dit Guy Miqueu à l’attention d’Alain Magloire, qui refusait de laisser tomber l’arme avec laquelle il menaçait les policiers.

Le fonctionnaire municipal a été témoin d’une partie de l’intervention policière qui a coûté la vie à Alain Magloire le 3 février 2014. Il a témoigné ce matin lors de l’enquête publique présidée par le coroner Luc Malouin, qui devra faire la lumière sur l’événement.

M. Miqueu a expliqué que c’est de son propre chef qu’il a abordé le sans-abri qui marchait dans la rue, en tenant un marteau dans la main droite.

«J’ai vu une policière lui crier : lâche ton marteau. Elle lui a répété plusieurs fois. Je suis allé vers lui pour lui demander pourquoi il ne le lâchait pas», a-t-il témoigné.

Magloire a alors répondu : «Je m’en fou. Qu’ils me tirent», se souvient le fonctionnaire municipal.

Selon ce dernier, l’homme avait l’air «normal».

La vue du témoin a ensuite été obstruée lorsque deux autres policiers sont arrivés et que le sans-abri a été encerclé, en face du terminus d’autobus.

M. Miqueu a expliqué avoir vu une autopatrouille heurter Alain Magloire. Ce dernier serait tombé sur le capot, puis il aurait levé son marteau, avant d’être tiré.

Par ailleurs, le coroner Malouin a précisé ce matin que l’autopsie pratiquée sur le corps de la victime n’a révélé aucune marque interne ni même externe aux jambes. Ainsi, s’il y a eu un impact avec l’autopatrouille qui lui a foncé dessus, il a été léger, a conclu le coroner.

Plus de détails à venir...