/news/world
Navigation

Surenchères en ligne de Charlie Hebdo

Coup d'oeil sur cet article

Le jour même de la sortie du nouveau Charlie Hebdo en France, des centaines d’internautes revendaient déjà leurs copies en ligne en multipliant jusqu’à 200 fois leur prix, hier. Et le Québec n’y a pas échappé.

Le jour même de la sortie du nouveau Charlie Hebdo en France, des centaines d’internautes revendaient déjà leurs copies en ligne en multipliant jusqu’à 200 fois leur prix, hier. Et le Québec n’y a pas échappé.

«Il fallait s’y attendre (à la surenchère et la revente). Il y avait tous les éléments pour qu’on le vende sur internet aussi rapidement: la rareté et le timing», explique Michelle Blanc, spécialiste en marketing web.

La dernière édition de Charlie Hebdo «Tout est pardonné» s’est vendue comme des petits pains chaud, hier en France. L’éditeur prévoit d’augmenter son tirage à 5 millions d’exemplaires alors que les 3 millions de copies déjà imprimées se sont écoulées en quelques heures.

Au Québec, où l’on doit recevoir 1500 exemplaires que demain, les publications sont déjà presque toutes réservées. Il sera possible de les obtenir pour 6,50$.

Au même moment, les enchères s’envolaient sur eBay à travers le monde. Certaines versions étaient disponibles sur une échelle de prix allant de 2$ à 1400$ pour une édition autographiée. Une copie britannique était offerte à 758,73$.

Au Québec aussi

Sur la version québécoise du site eBay, un Lavallois avait déjà mis un exemplaire en vente pour 24$. À peine 24h plus tard, l’enchère avait déjà grimpé à 146$, hier soir.

S’il indique que le magazine est «en parfait état», il ne précise toutefois pas s’il possède l’édition en main propre ou s’il l’attend.

Sur le site Kijiji de Montréal, une autre copie est en vente pour 100$. La description indique que le magazine est une «Pièce de collection Historique».

Il a été impossible de les rejoindre hier.

Autre option pour les Québécois collectionneurs, certains revendeurs Français leur proposent également d’acheter leurs exemplaires outremer pour une centaine de dollars.

«Profiteurs»

Le directeur général des Messageries de Presse Internationale (LMPI), François Leslé, qui distribue Charlie Hebdo au Canada, ne voit pas, quant à lui, la montée des enchères sur internet d’un très bon oeil.

«C’est regrettable de voir des personnes profiter de la situation. Le but en achetant Charlie Hebdo, c’est de marquer un geste fort et politique, de montrer qu’on soutient la liberté de la presse. Ce n’est pas de faire de bonnes transactions financières», considère-t-il.

L’éditeur met également en garde contre les fraudes. «Il y a de fausses publications qui circulent. Il faut faire attention», ajoute-t-il.

D’autant plus que le magazine était très attendu au Québec.

« Les gens nous appellent constamment pour le réserver», explique Yvanoski Sanon, employé de Multimags à Montréal. La librairie a déjà inscrit 344 personnes sur sa liste d’attente. Elle ne recevra que 40 exemplaires cependant demain.

«On devrait en recevoir d’autres dans les jours qui arrivent. On dit aux gens de patienter», ajoute le libraire.