/finance/business
Navigation

Taxe carbone: «une aberration», selon le président du Groupe Robert

Le président du Groupe Robert fustige la nouvelle taxe carbone.
Photo d'archives Le président du Groupe Robert fustige la nouvelle taxe carbone.

Coup d'oeil sur cet article

Après avoir sommé ses camionneurs de ne plus faire le plein au Québec pour économiser sur le carburant, le président du Groupe Robert fustige la nouvelle taxe carbone qui, selon lui, exempte les transporteurs d’ailleurs qui polluent ici.

«La taxe verte doit s’appliquer à tous les gens qui utilisent du pétrole sur les routes du Québec et non pas juste à ceux qui en achètent», dénonce haut et fort Claude Robert, président de l’entreprise de Rougemont, en entrevue téléphonique.

À l’heure actuelle, seuls les acheteurs de carburant au Québec paient, depuis le 1er janvier, la fameuse taxe carbone, qui vise à limiter les émissions de gaz à effet de serre. Pour le Groupe Robert, qui acquiert annuellement quelque 100 millions de litres de carburant, cette nouvelle mesure représente une augmentation de 4,61 cents le litre. C’est pourquoi il a envoyé une note de service à ses employés leur demandant de se ravitailler en Ontario.

«Il n’y a aucun camion de l’Ontario, des Maritimes, des États-Unis, qui roule au Québec, qui prend son carburant au Québec. Ils ne paient jamais la taxe verte, il n’y en a pas un seul qui paie le 4,61 sous du litre de plus. Ça, c’est réservé aux citoyens du Québec qui mettent de l’essence dans leur voiture. C’est une aberration!», dénonce-t-il.

«C’est de dire aux Québécois: on va faire un fonds, on va inviter tout le monde à passer sur nos routes, ils vont polluer, mais ils ne contribueront pasà la pollution qu’ils émettent! On a ouvert la porte aux gens qui veulent utiliser nos routes, notre asphalte, polluer notre air, sans payer la taxe verte», plaide-t-il.

Solution

Pour le président du Groupe Robert, cette situation engendre des pertes d’argent importantes au Québec. «C’en est indécent», scande-t-il.

Selon lui, la solution réside dans la transformation de la taxe carbone en taxe routière, qui serait payée par l’ensemble des transporteurs circulant sur les routes du Québec, qu’ils y achètent du carburant ou non.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.