/lifestyle/techno
Navigation

8 prévisions technos pour 2015

Ultimaker 2
Imprimante 3D.

Coup d'oeil sur cet article

C’était la grand-messe annuelle des technos jeudi au Concorde alors que des sommités de la firme Deloitte présentaient aux gens d’affaires de Québec leurs prédictions pour l’année dans le domaine des communications, du multimédia, de la mobilité et des médias. Alors, en 2015, selon Deloitte:

...les jeunes dépensent pour des contenus.
Les 18-34 ans ont beau avoir une réputation de pirateurs de contenus sans scrupules, ils dépenseront 60 milliards $ en Amérique du Nord en produits culturels, ou 750 $ chacun dans l’année. Vrai qu’ils n’achètent plus de disques, avance le conférencier, mais combien coûte un laissez-passer pour le Festival Coachella? Une entrée au cinéma? Les jeunes ne paient pas pour l’objet, mais pour l’expérience, conclut Duncan Stewart, directeur de la recherche sur technologies, les médias et les télécommunications chez Deloitte.

...les jeunes lisent... sur du papier.
«Pirater des films, de la musique? Les acteurs et les musiciens sont riches. Voler un écrivain? T’es un monstre», caricature M. Stewart pour parler du rapport qu’entretiennent les 18-34 ans avec les livres en papier. Ce groupe, étonnamment, dépense autant que les autres dans ce domaine et eux aussi aiment l’odeur des livres. On ne peut pas laisser traîner un livre électronique sur la table à café, pas plus qu’on peut l’exposer dans une bibliothèque. Les livres imprimés garderont donc une part de 80 % des ventes, prédit Deloitte. Cette préférence ne s’applique cependant pas aux journaux, ajoute-t-il, même si 16 % des jeunes lisent des quotidiens imprimés.

...YouTube n’ébranle pas la télé.
La prévision mondiale pour la télé est de 12 milliards d’heures... quotidiennement. Les vidéos en ligne n’atteignent pas cette marque en un mois. Oui, même en incluant PewDiePie, Zoella et Gangnam Style. Par contre, les jeunes adultes et les ménages aisés regardent de moins en moins la télé.

... on vend des téléphones à la tonne.
Il se vendra 1,35 milliard de téléphones dans le monde en 2015, une progression des ventes de 12 % qui est toutefois moins élevée qu’avant. La grande majorité (1 milliard) des ventes se feront pour des renouvellements, de plus en plus souvent par désir davantage que par nécessité. Par ailleurs, la part de marché des phablets, à mi-chemin entre le téléphone et la tablette, a surpassé la prévision audacieuse de 25 % l’an dernier pour s’établir à 36 %.

...on passe du tchik-a-tchik au bip.
Le paiement mobile avec son téléphone s’en vient, mais pas aussi vite que prévu. Apple (42 % du marché canadien avec son iPhone) vient de lancer Apple Pay aux États-Unis et ferait de même au Canada ce printemps, selon la rumeur. La tendance va s’accélérer, mais tout de même, Deloitte prévoit que seulement un propriétaire de téléphone sur 20 l’utilisera pour payer en 2015. La technologie est prête, mais les gens ne changent pas leurs habitudes facilement. L’adoption pourrait cependant être plus rapide au Canada qu’aux États-Unis, puisque «les Canadiens sont plus habitués à cette façon de faire (taper sa carte de crédit pour payer) et parce que beaucoup plus de détaillants canadiens ont les terminaux NFC (Paywave, paypass)», explique Duncan Stewart.

... l’internet des objets et les drones? Bof...
La bouilloire qui se déclenche par internet ou la laveuse connectée présentent moins d’intérêt que prévu, raconte M. Stewart. Au CES (Consumer Electronic Show, le congrès annuel des nouveautés techno), il n’y avait pas de file d’attente devant ladite laveuse, rigole-t-il. En fait, les gains d’efficacité et les économies promises sont beaucoup plus profitables pour les entreprises que pour les gens. Même chose pour les drones dont les coûts et la fiabilité déçoivent le commun des mortels. Les entreprises, par contre, y trouvent leur compte.

...les imprimantes 3D font patate.
Quel parent a envie de voir traîner encore davantage de jouets et d’objets sur le plancher du salon?, demande le conférencier. Les imprimantes 3D, qui sculptent de vrais objets dans la matière, sont, au surplus, chères et difficiles à opérer. M. Stewart croit que le marché se situe davantage du côté manufacturier.

...le «cliquez et ramassez» prend de l’ampleur.
Il s’agit d’un achat sur internet que le client vient chercher en magasin. La tendance européenne devrait traverser l’Atlantique.

Pour faire ses prédictions, Deloitte se base sur des recherches mondiales soutenues par des entrevues approfondies avec des clients, des analystes sectorielles, des leaders internationaux et plus de 8000 professionnels du secteur.