/lifestyle/family
Navigation

C’est le temps des «vacan-an-ces»

C’est le temps des «vacan-an-ces»
illustration benoit tardif, colagene.com

Coup d'oeil sur cet article

Ainsi chantait le crooner Pierre Lalonde évoquant des vacances en amoureux consacrées au bonheur et au roucoulement.

En ces temps anciens, les voyages en avion étaient nouveaux et de tout repos.

Endimanchés, on se présentait dans un aéroport aux allures de hall d’hôtel où le personnel était plus qu’aimable. À peine s’intéressait-on au poids des bagages. On n’ajoutait pas de frais et on vous expliquait tout-tout-tout. En prime, l’hôtesse qui avait posé une couverture sur vos genoux, s’inquiétait de savoir si l’exquise escalope de veau, qu’on vous avait gratuitement servie avec des couverts en acier inoxydable et un ou deux verres de vin, vous avait plu.

Mon heure, c’est mon heure. Évidemment, vous détestez perdre votre temps à l’aéroport. Voyez plutôt les avantages d’arriver tôt, en particulier si vous n’avez pas de siège réservé. Si vous en aviez un, il risque d’être redistribué. En arrivant à l’heure, vous serez plus calme, plus agréable et plus patient. Pourquoi risquer de partir un autre jour, alors que vous êtes à 30 minutes de la porte d’embarquement ?

Détestables imprévus. Ils peuvent vous accabler à la chaîne. La lenteur, lors de l’authentification de votre passeport et de la validité de votre billet, est irritante, mais il est conseillé de respirer sans bruit, car ce n’est pas terminé. Propulser votre chariot sur les mollets des autres, soupirer et faire rouler vos yeux n’accéléreront rien. Ce n’est pas terminé: la pesée des bagages et les possibles frais à payer, sont sur votre route.

Le chaos. Une tempête peut retarder votre départ. Une grève, au départ ou lors d’escales, pourra soustraire un jour ou deux sur votre petite semaine de vacances. Évitez la crise qui, là encore, n’arrangera rien. Ne vous en prenez pas au personnel de l’aéroport. Préparez plutôt votre argumentaire de remboursement.

Examen des bagages. Passeport et carte d’embarquement à la main, obéissez aux consignes. Ôtez vos chaussures et ne marmonnez pas sur le ridicule de l’opération. Profitez-en pour mettre votre quincaillerie dans un sachet que vous déposerez avec vos bagages à main sur le tapis roulant. Votre corps sera moins bruyant et vous ne ralentirez pas le processus.

Fouille aléatoire. Elle vise même les saints, de sorte que, une fois vos bagages à main examinés, vous serez peut-être LE voyageur ou LA voyageuse qui passera à la fouille, des orteils aux oreilles, une expérience troublante pouvant s’étirer sur une bonne demi-heure. D’où l’intérêt d’être arrivé à temps.

Avec la collaboration de Marie-Diane Faucher

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.