/entertainment/opinion/columnists
Navigation

Charlie = je suis la laïcité

Coup d'oeil sur cet article

Le Charlie Hebdo arrive enfin au Québec. Achetez-le. Mais ne le gardez pas dans un tiroir. Promettez-moi une chose. Lisez-le.

Ce journal n’est pas seulement un document historique. Il contient — entre les dessins de Mahomet, du pape et de filles à poil — un éditorial incontournable.

Un plaidoyer sans appel... pour la laïcité «qui elle seule permet, ironiquement, aux croyants, et aux autres, de vivre en paix.»

LA LAÏCITÉ POINT FINAL

J’ai pu lire l’intégral du Charlie Hebdo en ligne. L’éditorial du rédacteur en chef, Gérard Biard, est tout simplement magistral.

Il se demande combien de temps durera la solidarité avec son journal et intitule son texte: «Est-ce qu’il y aura encore des “oui mais”?»

Il fait référence à tous ceux qui disaient: «Oui, nous condamnons le terrorisme, mais. Oui, menacer de mort des dessinateurs, ce n’est pas bien, mais. Oui, incendier un journal, c’est mal, mais.»

Il rappelle les combats de ses collègues.

«Ces dernières années, nous nous sommes sentis un peu seuls, à tenter de repousser à coups de crayon les saloperies franches et les finasseries pseudo-intellectuelles qu’on nous jetait au visage et au visage de nos amis qui défendaient fermement la laïcité: islamophobes, christianophobes, provocateurs, irresponsables, jeteurs d’huile sur le feu, racistes, vous-l’avez-bien-cherché...»

Et il fait un vœu : «Nous allons espérer qu’à partir de ce 7 janvier 2015 la défense ferme de la laïcité va aller de soi pour tout le monde, qu’on va enfin cesser, par posture, par calcul électoral ou par lâcheté, de légitimer ou même de tolérer le communautarisme et le relativisme culturel, qui n’ouvrent la voie qu’à une chose: le totalitarisme religieux.»

Et puis le rédacteur en chef conclut sur un message sans équivoque: «Les millions de personnes anonymes, toutes les institutions, tous les chefs d’État et de gouvernement, toutes les personnalités politiques, intellectuelles et médiatiques, tous les dignitaires religieux qui, cette semaine, ont proclamé “Je suis Charlie” doivent savoir que ça veut aussi dire “Je suis la laïcité”».

En entrevue, Biard allait encore plus loin hier. Il suggérait carrément que la devise de la France soit modifiée : «Liberté, égalité, fraternité, laïcité.»

Tous nos politiciens qui ont peur de leur ombre devraient lire cet éditorial. Et tous ceux qui ont craché sur les tenants de la laïcité, au moment du débat sur la Charte des valeurs, devraient aussi acheter Charlie Hebdo, le lire et se demander s’ils sont vraiment Charlie.

CHARLIE ET LES VAUTOURS

En terminant, deux réflexions.

Dans le numéro 1178, on voit une caricature d’une bonne sœur qui dit : «Ici-bas je me branlais. Au paradis je vais sucer des queues!»

C’est bizarre, mais je n’ai pas entendu parler de fanatiques cathos qui pensaient prendre la kalachnikov pour tirer sur Charlie Hebdo.

On le sait, le numéro 1178 de Charlie Hebdo se vend comme des petits pains chauds. Mais suis-je la seule à trouver indécent que certains s’empressent de le revendre sur eBay pour faire une passe sur le dos des 17 victimes, dont certaines étaient enterrées hier?

Je suis Charlie = Je suis profit?