/opinion/blogs/columnists
Navigation

Le ministre de la Santé doit mettre les médecins au pas

Le ministre de la Santé doit mettre les médecins au pas

Coup d'oeil sur cet article

Pierrot et sa maman se présentent à 9h pour un rendez-vous à 9h20 avec un spécialiste dans un grand hôpital de la région montréalaise.

Pierrot, 10 ans, s’est blessé au bras en jouant au hockey dans la rue avec ses amis une semaine avant Noël. Il a consulté son médecin de famille mais, lors du suivi, voyant que la blessure ne guérissait pas, ce dernier l’a référé à un orthopédiste en clinique externe.

Pierrot et sa maman s’enregistrent auprès de la secrétaire qui leur apprend qu’il devra voir un autre médecin avant de pouvoir accéder au dieu-spécialiste, question de confirmer qu’il a vraiment besoin d'être vu par un orthopédiste.

«Cela ne prendra que quelques minutes».

Le médecin-trieur confirme le diagnostic du généraliste. Pierrot et sa maman retournent en salle d’attente à 10h45.

À 11h, la secrétaire annonce à la maman de Pierrot que le spécialiste est parti au lunch et qu’il ne reviendra qu'à 13h30. Maman n’est pas contente. «Vous voulez dire son deux heures et demi de lunch !»

Maman a pris une journée à ses frais de son travail pour ce rendez-vous.

Ils partent eux aussi manger et reviennent à l’hôpital à 13h.

Le temps passe. Maman s’impatiente et retourne voir la secrétaire qui lui dit, irritée, que le spécialiste ne sera de retour qu’à 14h30 et qu’il y a des patients avant eux. D'être patients.

À 16h, Pierrot est appelé, enfin. Le médecin, bête comme ses pieds ne s'excuse pas pour l'attente qu'il leur a fait subir, prescrit un plâtre, fait un moulage et, ça ne s’invente pas, dit à Pierrot et à sa maman de revenir dans deux semaines. Ce qui fera trois «chick-à-chick» pour un simple plâtre.

Arrivés à 9h, Pierrot et sa maman quittent l’hôpital, pardon, la maison des fous, à 17h.Se promettant bien de déposer une plainte à l'ombudsman tout en se disant «qcomment peut-on espérer que ça change quand le ministre de la Santé est lui-même un médecin spécialiste et ex-lobbyiste pour les spécialistes?»

C’est arrivé dans mon entourage, pas plus tard que cette semaine.