/lifestyle/books
Navigation

Un party et ça presse!

Chroniques d’une romancière angoissée

Un party et ça presse!
Illustration Johanna Reynaud

Coup d'oeil sur cet article

Janvier. Le mois le plus pénible de l’année pour la romancière que je suis. Pas de lancement, pas de salon du livre, pas de 5 à 7 d’auteurs, pas d’argent et un manuscrit à terminer. Poche, vous dites? Méga-poche!

Comble de tout, Collègue Sanguinolent s’est transformé en fantôme. Entre la correction de son dernier roman, la rédaction d’un texte pour une revue littéraire, les otites de Bébé Sanguinolent et les crises de jalousie de sa femme, il n’a pas eu une minute pour venir me voir depuis le début de l’année. À part quelques textos d’excuses, c’est silence radio.

J’essaie de me consoler en me disant que mes amis écrivains vivent possiblement la même chose que moi et attendent frénétiquement le retour des événements littéraires.

Et si je provoquais les choses au lieu de me morfondre dans un coin? Ouiiiiiii! Je n’ai qu’à organiser moi-même un rassemblement. J’invite mes amis chez moi, je mets de la musique, chacun apporte son vin et je fournis les chips. Pas plus compliqué que ça!

Ils vont être très heureux de sortir de leur hibernation quelques heures. En fait, je suis convaincue qu’ils n’espèrent que ça. Que quelqu’un prenne les devants. Et c’est moi qui le ferai!

Une invitée olé olé

Commençons par inviter celle qui met du piquant dans tous les partys et j’ai nommé Collègue Chick. Un petit tour sur Facebook me permet de voir qu’elle est en ligne. Excellent! Je lui envoie un court message, lui disant qu’il est temps de se revoir, avant qu’on devienne tous des êtres inadaptés, reclus chacun dans leur coin et ne sachant plus vivre en société.

Elle me répond en m’envoyant une photo. Chouette! Sauf que l’image en question la montre sur une plage au sable blanc, en bikini et un stylo à la main.

«Désolée, je suis en voyage de recherche au Mexique pour mon prochain bouquin. Je vais boire une margarita à ta santé!»

Grrr...Voyage de recherche mon œil! Elle doit s’amuser à séduire les beaux vacanciers en se faisant croire que c’est du travail. Depuis quand a-t-on besoin de vivre une aventure pour la raconter? Son imagination ne lui suffit donc pas?

N’importe quoi! Bon, j’admets que si j’avais les moyens de me payer un séjour dans le sud, peut-être que je le ferais. Mais comme ce n’est pas le cas, je vais organiser la soirée la plus hot de l’année et on se passera d’elle. Voilà tout!

Voyons maintenant du côté de Collègue Jeunesse. Une autre qui a la fête dans le sang. Sa page Facebook montre une photo d’elle dans une classe, entourée d’un groupe d’enfants. Qu’elle est chanceuse de visiter des écoles pour faire aimer la lecture aux petits! Ses journées doivent être beaucoup plus joyeuses que les miennes. Je lis le texte sous la photo :

«Des rencontres inoubliables avec les élèves de Carleton. Demain, direction Gaspé, puis les Iles-de-la-Madeleine. #Tournée2015.»

Non, non, non! Une autre que je dois oublier. Bon, ne nous décourageons pas. Je fais quelques autres tentatives, mais en vain. Un tel est cloué au lit par une vraie grippe d’homme, une autre a subi un dégât d’eau majeur dans sa cuisine et le dernier refuse de participer sans aucune raison valable...Quelle horreur.

Party privé

Ne me reste que Collègue Sanguinolent. Ce qui, après tout, n’est pas une mauvaise chose. Je vais l’inviter à un party...qui sera un tête-à-tête, finalement. Génial!

Sa réponse ne se fait pas attendre longtemps. C’est bon signe. «T’as oublié que je pars en France demain pour faire la promo de mon dernier livre là-bas?» Eh misère! Ben oui, j’avais oublié.

Je dois me rendre à l’évidence : mon projet est un échec sur toute la ligne.

Qu’ils y restent, au Mexique, en Gaspésie ou en France! Je m’organiserai sans eux. Et je ferai le party devant mon ordinateur. À terminer mon manuscrit en me jurant que l’année prochaine, c’est moi qui ne serai pas disponible en janvier.

Mon roman aura un tel succès que je serai trop sollicitée pour avoir le temps de frayer avec des auteurs qui ont juste hâte que le premier mois de l’année se termine...