/finance/business
Navigation

Le rêve se concrétise pour un participant de Québec

Québécois MARS
Photo Le Journal de Montréal, Marie-Joëlle Parent La fondation néerlandaise Mars One a pour projet d’établir une base humaine permanente sur Mars d’ici 2025.

Coup d'oeil sur cet article

Bryan Vézina voit son rêve de coloniser la planète Mars de plus près, depuis que le problème d’oxygène qui aurait provoqué la mort des participants à la mission Mars One après 68 jours, est « maintenant réglé ».

Bryan Vézina voit son rêve de coloniser la planète Mars de plus près, depuis que le problème d’oxygène qui aurait provoqué la mort des participants à la mission Mars One après 68 jours, est « maintenant réglé ».

Des chercheurs en aéronautique du Massachusetts Institute of Technology (MIT) avançaient que la mort du premier pionnier surviendrait après 68 jours de mission, par asphyxie. Selon les chercheurs, les plantes qui devaient nourrir les participants auraient produit trop d'oxygène et la technologie pour équilibrer l'atmosphère n’était pas adéquate.

« Le problème est réglé à l’heure où on se parle. Plusieurs technologies ont été utilisées pour le contrer, en ajoutant notamment un module pour refiltrer l’air. Ce n’était pas un problème insurmontable » mentionne Bryan Vézina, en précisant que ses collègues ne s’inquiètent plus de ce « problème ».

Une mission à haut risque

Celui qui avoue avoir toujours eu des « idées farfelues » se considère autant motivé sinon plus, que lors de son inscription pour ce voyage en aller simple. « C’est certain que cette mission comporte des risques. C’est la même chose pour ceux qui font du parachute, mais ce sont des risques différents » explique celui qui saura en février s’il fera partie des 40 « finalistes », sur les 663 candidats actuels. Au départ, ils étaient 202 586 provenant de 140 pays à travers le monde.

Les entrevues, qui se déroulent jusqu’à la fin du mois, s’appuient notamment sur la connaissance, l’intelligence et la personnalité des candidats, qui sont aussi questionnés sur la mission et la planète Mars.

Le jeune homme de 28 ans, qui est le seul candidat représentant la Capitale-Nationale, pourrait ainsi coloniser la planète rouge dès le départ de la première délégation, en 2024. Le voyage devrait durer entre 6 et 7 mois. « Ce n’est pas certain que ce soit une mission aller simple seulement. C’est quand même dans 10 ans et je crois que le transport interplanétaire aura évolué d’ici là » rapporte-t-il. « Qui sait, un jour on parlera peut-être de vacances sur une autre planète! » lance l’audacieux voyageur. « C’est quand on sort de notre zone de confort qu’on commence à vivre » conlut-il.

24 colons sur Mars

Enfin, seuls 24 candidats seront choisis par le comité de Mars One, composé de professionnels issus de différents milieux. Le projet du Néerlandais Bas Lansdorp, évalué à 6 milliards de dollars, doit aussi donner lieu à une émission de télé-réalité.


Mars One :

Coût de la mission : 6 milliards $

Premier départ : 2024

Nombre de participants par voyage : 4

Le public sera invité à voter, via le web, pour les 24 participants

Une fois sur Mars, chaque participant aura sa propre capsule et des tâches précises à effectuer.

Selon Bryan Vézina, le vieillissement des candidats sera légèrement ralenti sur la planète Mars.