/finance/news
Navigation

Trouvez votre mise de fonds autrement

Haus im Fokus einer Lupe
photo fotolia

Coup d'oeil sur cet article

Le financement participatif ou sociofinancement via internet prend de plus en plus d’essor quand vient le temps de financer toutes sortes de projets. Mais est-ce possible de trouver la mise de fonds requise par les banques en immobilier, par cette méthode de financement?

Depuis toujours, les entrepreneurs se sont tournés vers les amis, familles, partenaires ou encore vers les banques pour trouver du financement. Aujourd’hui, c’est maintenant possible de trouver du financement par de purs étrangers. Le principe est simple: pour financer votre projet d’entreprise ou de produits, vous le présentez sur un des sites de collecte de fonds comme Kickstarter ou Indiegogo. Ces étrangers vous permettront de financer votre rêve en vous versant un certain montant d’argent. Ils reçoivent souvent une récompense pour cette aide.

Peut-on le faire en immobilier?

En France depuis 2013, deux sites internet dédiés recueillent de l’argent pour financer les projets immobiliers: Anaxago et Lymo. Le montant minimum d’investissement est de 1000 euros (1400 $) offrant un rendement de 8 à 12 %. Leur but est simple: fournir une occasion facilement accessible aux gens moins nantis voulant investir en immobilier. Ils ouvrent ainsi une possibilité d’investissement souvent réservée aux professionnels de l’immobilier. Depuis son lancement, Lymo a déjà cumulé 906 000 euros (1,25 M$) pour financer des projets immobiliers.

Aux États-Unis, plusieurs sites de ce type très populaires existent pour financer l’immobilier. Un de ces sites (Fundrise) a réussi à amasser 113,8 millions $, finançant 550 projets immobiliers.

Qu’en est-il au Québec et au Canada?

Au Québec, c’est différent, vous le savez bien. Tout serait si simple si on pouvait imiter la France pour financer notre mise de fonds. La Loi canadienne sur les valeurs mobilières interdit pour une entreprise de vendre des valeurs mobilières (actions de votre projet) au moyen de financement participatif.

Les lois actuelles régies par l’Autorité des marchés financiers interdisent également la sollicitation publique sans prospectus de participation au capital, ce qui rend le financement social, concept de financement participatif, essentiellement illégal lorsque des valeurs mobilières sont vendues.

Le gros problème caché derrière ce type de financement pour nos dirigeants est que les petits investisseurs auraient alors accès à des projets immobiliers souvent lucratifs et déserteraient probablement les placements offerts par les banques comme les certificats de dépôt garanti et les fonds communs de placement.

Pouvez-vous mesurer l’impact sur les revenus des banques? Je doute que la décision d’adoucir la loi se prenne rapidement: trop de pertes potentielles de revenus en jeu pour les banques...

Pourrions-nous un jour remplacer ces banques par le financement participatif? Pourquoi pas? Les lois devront cependant changer pour nous permettre de le réaliser.


Comment utiliser le financement participatif alors?
  • Création d’un film, livre.
  • Lancement d’un nouveau produit.
  • Campagne de financement, etc.