/world/middleeast
Navigation

Des militaires canadiens ont affronté au sol le groupe État islamique en Irak

soldat militaire armee canadienne
Photo Archives Le lieutenant-général John Vance a indiqué que les troupes canadiennes sont toujours aptes à continuer la mission après le mois d’avril si le Parlement devait prolonger la mission.

Coup d'oeil sur cet article

Des troupes spéciales canadiennes ont échangé des tirs au sol avec des djihadistes du groupe État islamique (EI) en Irak la semaine dernière alors qu’elles étaient en mission de formation avec les forces irakiennes, ont annoncé lundi les Forces canadiennes.

Le brigadier-général Mike Rouleau du Commandement des Forces d’opérations spéciales a indiqué que les tireurs d’élite canadiens ont éliminé une position de tirs au mortier de l’EI après avoir été la cible d’attaques près des lignes de front, lundi dernier.

Il a indiqué qu’il s’agissait de la première fois où des formateurs canadiens furent attaqués. Il croit toujours que les risques sont bas pour les 65 à 70 militaires canadiens en Irak.

Le Canada s’est joint le 30 octobre dernier à une coalition internationale menée par les États-Unis, visant à stopper le groupe État islamique. La mission devait inclure des frappes aériennes ainsi que des membres des Forces armées canadiennes au sol pour la formation des troupes irakiennes.

En décembre, le ministère de la Défense nationale avait nié la participation de tireurs d’élite canadiens à des opérations terrestres contre le groupe armé État islamique en Irak à la suite d’un reportage publié par le «Journal de Montréal». L’article mentionnait que des membres de l’unité d’élite canadienne JTF-2 (Joint Task Force 2), munis de fusils à grande portée, accompagnaient des tireurs d’élite kurdes et irakiens, et participaient à des opérations pour abattre des combattants de l'EI à partir de positions éloignées des lignes de front.

Le major-général Michael Hood, directeur d’état-major interarmées stratégique des Forces canadiennes avait alors indiqué qu’aucun membre du Commandement des Forces d’opérations spéciales du Canada (COMFOSCAN) n’a participé à des activités de tireurs d’élite contre le groupe État islamique.

«Le rôle que joue le COMFOSCAN en Irak consiste à donner de la formation et des avis militaires en plus de fournir des équipes d’assistance, avait précisé le major-général Hood. Nous avons clairement indiqué que cette mission ne comporte pas l’envoi de troupes au sol dans un rôle de combat.»

L’opposition officielle croit cependant que les Canadiens ont été induits en erreur.

«La mission évolue», a indiqué le porte-parole du Nouveau parti démocratique (NPD) en matière de Défense, Jack Harris.

«Lorsque vous joignez les forces irakiennes au front, vous serez directement impliqués dans un rôle de combat», a dit M. Harris.
Jason MacDonald, porte-parole du bureau du premier ministre, Stephen Harper, a tenu à préciser que la mission vise à offrir des conseils et de l’appui aux forces irakiennes, seulement.

«Nous avons été clairs que bien qu’il s’agisse d’une mission à faible risque, il y a quand même des risques. Nos gens au sol se protégeront si on leur tire dessus dans le cadre de leur mission», a précisé M. MacDonald.

Toujours lundi, le lieutenant-général John Vance a indiqué que les troupes canadiennes sont toujours aptes à continuer la mission après le mois d’avril si le Parlement devait prolonger la mission.

«Ce gouvernement nous a donné un travail à faire, et nous l’accomplissons», a précisé le militaire.

Le lieutenant-général Vance a cependant indiqué qu’il faudra du temps pour anéantir l’idéologie de l’EI.

Le Canada a déployé six avions de chasse CF-18, deux Aurora pour la surveillance aérienne ainsi qu’un appareil de ravitaillement en vol, qui sont basés au Koweït, afin de lancer des frappes aériennes contre les djihadistes en Irak.

 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.