/opinion/blogs/columnists
Navigation

Sentence de Claude Dubois

QMI_1405102040_14
Photo d'archives

Coup d'oeil sur cet article

Le sens de l'humour n'est pas donné à tous.  De la part d'un juge, c'est probablement encore plus risqué.  Le juge Gilles Garneau, qui prononçait la sentence dans le dossier de Claude Dubois, aurait dû se tourner la langue 7 fois avant de parler au palais de justice de St-Jérôme.
 
Le juge Garneau est-il un admirateur de Claude Dubois?  Je n'ai pas l'habitude de remettre en question l'impartialité d'un juge, mais dans ce cas-ci, si je me fie au commentaire qu'il a prononcé et à la sentence rendue, c'est plus fort que moi, je ne peux pas faire autrement que me poser la question.
 
Claude Dubois a été condamné à payer une amende de 3000 $ et s'est vu retirer son permis de conduire pour un an pour avoir pris le volant en état d'ébriété.  Pourtant, le chanteur de 67 ans était prêt à aller en prison pendant trois mois et perdre son permis pendant trois ans.  C'était une suggestion commune à la condition qu'il plaide coupable et que son dossier de Québec soit transféré à St-Jérôme.  Mais le juge a trouvé la suggestion trop sévère.  Pour l'exprimer, il a même dit au chanteur: «Coudonc à Québec, ils n'aiment pas vos chansons».  (citation reprise du Journal de Québec)
 
Claude Dubois s'estime peut-être chanceux d'éviter la prison, mais il n'en a peut-être pas fini avec la justice.
 
L'avocat de la Couronne songe sérieusement à porter en appel la sentence imposée au chanteur qui s'en tire mieux que prévu.
 
Étant donné que Claude Dubois en était à son troisième délit en pareille matière, qu'il conduisait avec près du double de la limite légale, que ses deux jeunes enfants étaient à bord, il est quand même surprenant que le juge n'ait pas été plus sévère.
 
Ce n'est pas tout, souvenez-vous des propos tenus lors d'une entrevue à Salut Bonjour le lendemain de son arrestation.  Visiblement dérangé d'avoir été dénoncé par un citoyen, il semblait minimiser le geste.  Il avait dit: «Tu ne peux pas boire une goutte d’alcool et prendre ton volant...même si tu as pris un “blanc” de façon convenable et que quelqu’un qui était là ne t’aime pas la face et te dénonce, bien, tu te fais arrêter...»
 
À la lumière de tout ça, comment le juge a-t-il pu dire que la suggestion commune n'était pas dans la fourchette des sentences?
 
Monsieur le juge, je trouve que Claude Dubois est un excellent chanteur, mais son talent et sa notoriété n'excusent pas les gestes commis.  La société ne tolère plus la conduite en état d'ébriété et elle aimerait que le message soit compris avec des sentences dissuasives.