/opinion/columnists
Navigation

Stratégie pour créer un chaos

Coup d'oeil sur cet article

Un sondage SOM commandité par Cogeco révélait mercredi que 59 % des Québécois étaient en faveur d’une charte de la laïcité. Peut-être. Mais ces 59 % ont-ils le goût de revivre de longs mois de déchirements sociaux avant que celle-ci soit adoptée?

Le débat sur la première version de la charte de l’ex-ministre Bernard Drainville s’est étiré de septembre 2013 à avril 2014 et a monopolisé l’attention médiatique. Nous avons aussi entendu et lu toutes sortes d’énormités pendant la commission parlementaire, découlant d’une ignorance crasse ou tout simplement de la xénophobie.

Les esprits de plusieurs sont présentement conditionnés par les chocs émotifs des attentats commis ici et ailleurs dans le monde, par la barbarie des décapitations montrées à la télévision et les manifestations monstres.

Le dépôt d’une nouvelle version d’une charte de la laïcité dans un tel contexte entraînerait à coup sûr des dérapages encore beaucoup plus grands lors des consultations populaires qui précéderaient le vote sur le projet de loi. À partir de la laïcité de l’État et de la neutralité de certains de ses employés, des groupes et des individus tomberaient vite dans des procès des musulmans qui seraient collectivement associés aux intégristes radicaux et aux terroristes.

A-t-on réellement besoin d’aviver ces braises ce printemps?

La cour est déjà pleine

Le Parti québécois et ses alliés mettent évidemment beaucoup de pression sur le gouvernement Couillard pour qu’il aille rapidement et simultanément de l’avant sur la laïcité et des mesures de lutte contre l’intégrisme.

Les principales organisations syndicales tentent de leur côté de susciter une large mobilisation contre les mesures de redressement des finances publiques déjà prises par le gouvernement et celles qu’il prendra dans le prochain budget Leitao.

Un calendrier de manifestations a même déjà été couché sur papier. Personne ne connaît encore le contenu du budget et du cahier des crédits, mais une manifestation a déjà été mise au programme!

Derrière cette opposition au plan de retour au déficit 0 au nom de la protection de notre filet social, se cache la véritable intention des organisations syndicales: obtenir un report du retour à l’équilibre budgétaire pour arracher des augmentations salariales substantielles pour les 550 000 employés de l’État.

Les négociations débuteront dans quelques semaines et promettent d’être ardues. Le gouvernement, rappelons-le, propose un gel salarial de deux ans, suivi d’augmentations de 1 % pour chacune des trois années suivantes. Les syndicats demandent 4,5 % par année pendant trois ans, un niveau irréaliste qu’aucun syndicat du secteur privé n’obtient ces années-ci.

Le collectif contre l’austérité deviendra alors un instrument au service des syndiqués du secteur public.

Un bordel

Le grand rêve de la gauche québécoise est de recréer un autre «printemps érable» ou, en d’autres mots, de foutre le bordel comme en 2012.

D’où l’empressement du PQ sur une charte de la laïcité 2.0 pour ajouter à l’empoisonnement du climat social pendant les mois à venir.

On tentera bientôt de nous faire croire que l’adoption d’urgence d’une charte de la laïcité diminuerait les risques d’attentats au Québec!

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.