/lifestyle/food
Navigation

Une famille unie par les chèvres et le fromage

Coup d'oeil sur cet article

La Chevrière de Monnoir, c’est un rendez-vous avec les grands espaces et le bon goût du terroir, mais aussi une histoire d’amour et de passion entre un couple d’agriculteurs belges et leur troupeau de quelque 400 chèvres laitières aussi blanches que celles de monsieur Séguin.

Il y a 33 ans, Marie-France et Michel Marchand ont quitté leur Belgique natale pour venir profiter de l’immensité des terres agricoles du Québec. Là-bas, Michel exploitait une ferme laitière avec ses parents et Marie France travaillait dans une quincaillerie. Ils auraient pu continuer leur vie tranquille sans rien changer, mais le goût de l’aventure les tenaillait et le développement accéléré des villes commençait à empiéter un peu trop sur leurs terres.

En 1981, ils ont racheté une ferme laitière à Marieville au pied du mont Saint-Grégoire. Ils avaient la tête pleine d’idéaux, mais la dure réalité les a vite rattrapés. La production laitière au Québec comportait plus de contraintes qu’ils ne l’avaient imaginé.

Ils se sont tranquillement tournés vers l’élevage de chèvres laitières en croyant que ce serait plus facile.« Nous avons été désillusionnés, raconte Marie-France. Même si nous adorons les chèvres, ça prend beaucoup de petites pattes pour faire le même nombre de litres de lait. »

L’amour des bêtes

Cette fois, par contre, l’amour de leurs bêtes a eu raison de toutes les difficultés rencontrées. Leur troupeau est rapidement passé de 40 à 700 têtes. Au cours des 10 dernières années, ils ont commencé à transformer eux même le lait de leurs chèvres, puis aménagé sur leur terre une ferme éducative et une boutique où l’on peut se procurer leurs fromages, viandes de chevreau et charcuteries.

Un malheureux incendie a décimé une bonne partie de leur troupeau en 2010. La famille s’est serré les coudes. Trois des quatre enfants du couple, qui avaient tous trouvé des emplois à l’extérieur, se sont joints à l’entreprise.

«Les chèvres sont sympathiques, enjouées. Un peu tête de cochon parfois, mais ça fait leur charme et on s’attache rapidement», dit Johanne, la benjamine des trois filles du couple.

Elle s’occupe aujourd’hui des communications de l’entreprise. Son frère Michel et sa sœur Christelle sont récemment devenus propriétaires de la fromagerie du Vieux Saint-François, à Laval. Ils y transforment le lait des chèvres de leurs parents en délicieux fromages tous plus savoureux les uns que les autres.

Coup de cœur

Mon coup de cœur: Le Petit prince, un fromage frais, non affiné à pâte molle au goût plus complexe et moins acide que le fromage de chèvre crémeux qu’on trouve habituellement sur les tablettes des épiceries. On a eu la bonne idée de commercialiser le produit dans un emballage avec couvercle.

La Tomme de Marieville, un fromage affiné 6 mois à la pâte ferme qui rappelle agréablement le parmigiano italien, vaut également le détour.

Tous les produits sont disponibles à la boutique de la ferme de Marieville ainsi qu’à la fromagerie du Vieux Saint-François à Laval.

Produits vedettes
Photo courtoisie, La chevrière de monnoir

Les bouchées d’amour

Petites bouchées façonnées à la main à partir du fromage Petit Prince. Il est ensuite mis en pot et couvert d’huile de pépin de raisins. Elles sont aromatisées à la ciboulette, aux herbes de Provence. Excellent sur les pizzas ou dans vos salades.

Fromage en grains de chèvre

Une excellente alternative pour les amateurs qui sont allergiques aux protéines bovines. Offert nature ou avec de l’ail et du persil.

La cloche cendrée (nouveauté)

Offerte en format pyramide d’environ 200 gr. Fait de lait de chèvre pasteurisé, il contient de la culture bactérienne, de la cendre, de la présure et du sel.


La Chevrière de Monnoir
 
1191, rang de l’Église
 
Marieville (Québec)
 
450-460-2221