/news/politics
Navigation

Jean-François Lisée : «Le PQ va choisir Pierre Karl Péladeau»

Le député Jean-François Lisée préfère se retirer de la course à la chefferie du PQ

Coup d'oeil sur cet article

 

Persuadé que Pierre Karl Péladeau sera le prochain chef du Parti québécois, le député Jean-François Lisée a décidé de se retirer de la course sans pour autant se rallier à son adversaire.

«La chose me semble claire. Le Parti québécois veut vivre son moment Pierre Karl Péladeau jusqu’au bout. Il faut l’accepter et souhaiter que ce moment nous mène à des victoires», a déclaré le député de Rosement en conférence de presse hier après-midi.

Après avoir annoncé sa candidature cet automne et largement fait campagne depuis, Jean-François Lisée a finalement décidé d’enclencher la marche arrière «avec regret». Il a confié avoir pris cette décision «difficile» jeudi soir.

«Il y avait beaucoup de tristesse autour de la table, il y a eu quelques larmes, quelques bonnes bouteilles de vin aussi, mais surtout beaucoup de lucidité» a-t-il confié.

Pour l’ancien ministre des Relations internationales – sous le gouvernement de Pauline Marois – les jeux sont faits d’avance dans la course à la chefferie du PQ. Politiquement, la bataille est terminée, estime-t-il.

Pas de ralliement

«La réalité c’est que le Parti québécois va choisir Pierre Karl Péladeau», a-t-il déclaré, précisant que son retrait n’était pas synonyme de ralliement. «Mais quand il sera chef en mai, je travaillerai avec lui», a-t-il assuré.

Jean-François Lisée avait créé un certain malaise dans les rangs péquistes cet automne en affirmant que les actions détenues dans Québecor par Pierre Karl Péladeau représentaient un danger pour l’avenir du parti, advenant que l’homme d’affaires en prenne la direction.

«Si des gens ne voient pas aujourd’hui la bombe à retardement que c’est pour le PQ, pour sa capacité de reprendre le pouvoir, je serais le seul à le dire que je continuerai de le répéter», avait-il déclaré. Le caucus péquiste avait alors senti le besoin de ramener à l’ordre le député.

Pas de faux espoirs

Jean-François Lisé avait recueilli les 2000 signatureset les 10 000 $ exigés pour pouvoirdéposer officiellementson bulletin de candidature, mais a expliqué avoir «trop de respect pour les militants pour leur donner de faux espoirs».

Quatre députés ontofficiellement déposéleur candidature: Pierre Karl Péladeau, Alexandre Cloutier, Martine Ouellet et Bernard Drainville. Ce dernier a d’ailleurs remis son bulletin au bureau du Parti québécois hier matin, quelques heures seulement avant le désistement de M. Lisé.

Le porte-parole du Conseil national des chômeurs, Pierre Céré a jusqu’au 30 janvier pour faire de même afin d’entrer officiellement dans la course.

- Avec Agence QMI


Course à la chefferie du PQ  |  Les autres candidats réagissent

« Jean-François a eu la gentillesse de me téléphoner pour me faire part de sa décision. Il m’est donc permis de lui réitérer mon souhait le plus profond de continuer à travailler ensemble [...] afin d’atteindre notre objectif ultime de faire du Québec, un pays » – Pierre Karl Péladeau, député de Saint-Jérôme

« Nous étions des adversaires, mais en réalité nous sommes des alliés, des amis, des collègues [...]. Jean-François me permettra d’être en désaccord avec son analyse sur la suite : la course à la chefferie est loin d’être terminée [...]. Je compte bien aller jusqu’au bout et la gagner » – Bernard Drainville, député de Marie-Victorin

« Non, cette course n’est pas terminée. De fait, elle commence dans quelques jours. Et pour être honnête, j’arrive à la ligne de départ en bien meilleure position que je ne l’aurais cru, l’été dernier. » – Alexandre Cloutier, député de Lac-Saint-Jean