/news/politics
Navigation

Les péquistes sont d’une «profonde médiocrité», dénonce Barrette

Sante, Gaetan Barrette
Photo Simon Clark / Journal de Québec

Coup d'oeil sur cet article

Les péquistes ont fait preuve hier d’une «profonde médiocrité» en accusant Philippe Couillard d’être imprégné des valeurs saoudiennes, estime Gaétan Barrette.

Le ministre de la Santé, qui n’a pas la langue dans sa poche, a dénoncé ce matin les propos controversés tenus par des députés du PQ à l’endroit du premier ministre, qu'ils considèrent comme mou dans le cadre de la lutte à l’intégrisme.

Les péquistes ont fait référence à l’aventure saoudienne de M. Couillard, qui a participé de 1992 à 1996 à la fondation d'un service de neurochirurgie à Dhahran. Il a également été conseiller du prince Abdullah bin Abdulaziz Al-Rabeeah, ministre de la Santé du royaume.

Jeudi, le chef par intérim du Parti québécois Stéphane Bédard a affirmé que M. Couillard était «imprégné» des valeurs de l’Arabie Saoudite et lui a demandé «de ne pas importer» la réalité de cette monarchie absolue qui pratique la torture et les exécutions publiques.

Son collègue Alexandre Cloutier, candidat à la succession de Pauline Marois, a souligné que le passé de Philippe Couillard en Arabie Saoudite l’a «endormi» et l’a rendu tolérant envers les violations des droits de la personne. «De toute évidence, il a peut-être trop de tolérance de la part du premier ministre en ce qui a trait à la violation des droits de la personne», a dit M. Cloutier.

De son côté, Bernard Drainville a laissé entendre que Philippe Couillard avait des «affaires pas réglées» avec le régime saoudien.

« Salissage »

Gaétan Barrette n’a pas mâché ses mots. «Je considère que les propos tenus hier par les candidats sont d’une profonde médiocrité», a-t-il lancé aux journalistes avant d’entrer en commission parlementaire.

Il a déploré que «ces gens-là sont dans une course à la chefferie pour éventuellement tenter de gouverner» alors qu’ils font «tout pour diviser.»​

Cloutier se rétracte

De son côté, le péquiste Cloutier est revenu sur ses propos ce matin en entrevue au 98,5 FM. «On ne pense pas... ça serait complètement fou de penser que M. Couillard veut appliquer la charia au Québec. Un moment donné, il faut dire qu’on est allé trop loin», a admis le candidat à la direction du Parti québécois.

«J’ai relu mes propos, j’ai analysé ce que j’ai dit et c’était loin d’être clair. Je veux corriger mes propos. On veut que le premier ministre agisse. On se désole que le premier ministre rejette [la lutte contre l’intégrisme] du revers de la main et hier, on a spéculé sur les raisons de ce rejet», a ajouté M. Cloutier.
​