/news/currentevents
Navigation

Une ex-préposée ira en prison pour maltraitance

Immacula Eugène s’en est pris à plusieurs aînés d’un CHSLD de Saint-Lambert

FD-CHSLD-REMISE-EN-LIBERTE
JEAN LARAMMÉE/LE COURRIER DU SUD/AGENCE QMI Immacula Eugène devra aller en prison pour avoir maltraité sept personnes âgées en plus d’avoir menacé de mort la collègue qui l’a dénoncée.

Coup d'oeil sur cet article

LONGUEUIL | Une ex-préposée aux bénéficiaires devra aller en prison pour avoir maltraité plusieurs personnes âgées dans un CHSLD de la Rive-Sud en 2013.

Immacula Eugène, 52 ans, ne saura toutefois qu’en février quelle sera la durée exacte de sa détention.

Il y a un an, elle a plaidé coupable à plusieurs chefs d’accusation de maltraitance sur sept personnes âgées, en plus d’avoir menacé de mort une collègue qui l’a dénoncée. Le tout s’est déroulé alors qu’elle travaillait au CHSLD de Saint-Lambert-sur-le-Golf, qui appartient au controversé homme d’affaires Eddy Savoie, propriétaire des Résidences Soleil.

M. Savoie a déjà poursuivi la fille d’une résidente qui se plaignait des mauvais soins à sa mère pour la faire taire. L’homme d’affaires avait par la suite été condamné à lui verser 300 000 $ en dommages.

Frappé avec un oreiller

Les faits reprochés à Mme Eugène auprès d’une clientèle en perte d’autonomie sont particulièrement scabreux. Elle a avoué avoir frappé une résidente avec un oreiller. Elle a aussi serré des bras avec force, craché au visage de patients, elle les a aspergés avec de l’eau en plus d’avoir poussé une patiente.

Elle a aussi administré, à l’aide d’une complice, un médicament à deux résidents pour les faire dormir alors qu’elle n’était pas autorisée à le faire. Elle avait auparavant volé le médicament dans un autre CHSLD.

Selon un rapport de coroner, ce médicament aurait contribué à la détérioration de la santé de Denise Beaulieu, 87 ans, qui est maintenant décédée.

La fille de Mme Beaulieu, Denise Brosseau, a fait congédier Mme Eugène après avoir installé une caméra de surveillance dans la chambre de sa mère.

Mme Brosseau se dit constamment accablée par les images de l’ex-préposée, s’adressant à sa mère en criant, qu’elle a vues sur les vidéos. «On laissait ma mère nue dans différentes positions, elle qui était pudique», a-t-elle écrit dans une lettre qui a été lue par la procureure de la Couronne.

Mme Brosseau est persuadée que ces mauvais traitements ont précipité sa mort.

15 mois de prison ?

Les avocates de la Couronne et de la défense ont suggéré une sentence de 15 mois de prison, suivie d’une probation de trois ans.

La juge Ellen Paré a dit être en accord avec un emprisonnement ferme, mais préfère prendre le temps de bien analyser la situation avant d’accepter la suggestion commune. De son avis, il s’agit d’un sujet sensible puisque ça touche beaucoup de gens.

«Il ne s’agit pas d’une sentence-vengeance», a-t-elle lancé. Elle rendra sa décision le 4 février.

Fille Éprouvée

Diane Brosseau, fille de la défunte Denise Beaulieu, était présente dans la salle. Elle devait lire une lettre, mais a été incapable de le faire. L’avocate de la Couronne s’en est plutôt chargée.

L’avocate de la Couronne a souligné la vulnérabilité des victimes, leur perte d’autonomie. Elle a fait notamment allusion au crachat rendu par Mme Eugène à un patient qui lui avait craché dessus. «Elle n’avait pas à répliquer», dit-elle.

« J’ai le cœur lourd en pensant à ce que ma mère a vécu »
– Diane Brosseau

« On laissait ma mère nue dans différentes positions... elle qui était pudique »
– Diane Brosseau

« La perte de son conjoint, mort subitement, aurait été l’élément déclencheur de sa désorganisation. »
– L’avocate de Immacula Eugène, Mélanie Brochu­