/news/society
Navigation

Coralie se dévoue pour les chats errants

À l’aide d’une page Facebook, elle trouve aux félins errants des familles qui les adoptent

Coup d'oeil sur cet article

Coralie Tremblay aime les chats. Jusque-là, rien de bien exceptionnel. Mais quand on sait qu’elle les aime tant que depuis trois ans, elle recueille des minous errants et les remet sur pied avant de leur trouver une famille adoptive, eh bien là, son amour des chats dépasse l’entendement pour le commun des mortels.

Coralie Tremblay aime les chats. Jusque-là, rien de bien exceptionnel. Mais quand on sait qu’elle les aime tant que depuis trois ans, elle recueille des minous errants et les remet sur pied avant de leur trouver une famille adoptive, eh bien là, son amour des chats dépasse l’entendement pour le commun des mortels.

La passionnée des petits félins, maman de deux fillettes de neuf ans et cinq ans, habite Baie-Comeau. Elle avait déjà un chat et un chien à la maison quand elle a eu un véritable coup de cœur pour quatre chatons abandonnés par leur mère, une chatte errante, dans le secteur du camping de la Mer, à Pointe-Lebel. La maman avait accouché plus loin, mais avait ensuite transporté ses petits dans une sorte d’enclos. Son aventure comme «sauveuse de chats» venait de commencer.

Avec la collaboration d’une amie qui recueillait aussi des chats errants, elle a lancé Opération chat secours sur Facebook, une page où sont publiées des photos des chats recueillis afin de les faire adopter. Cette page permet également de rejoindre des gens qui retrouvent des chats. L’amie en question a récemment pris ses distances puisqu’elle quitte la région sous peu. Le bouche-à-oreille aidant, l’œuvre de Coralie Tremblay est de plus en plus connue, et ses services d’autant plus courus.

Trente chats sauvés

En trois ans, la jeune femme de 32 ans a réussi à trouver un toit et de l’amour à une trentaine de chats, ce qui n’est pas rien. À cela, ajoutons facilement une dizaine d’autres par le biais de sa copine. Sans intervention de leur part, ces animaux étaient quasi condamnés. «Quand on les trouve, ils sont maigres, bourrés de maladies, traumatisés et ont perdu confiance en l’humain», explique-t-elle.

Coralie Tremblay recueille des chats errants afin de leur trouver une famille adoptive.
Photo Charlotte Paquet, collaboration spéciale
Coralie Tremblay recueille des chats errants afin de leur trouver une famille adoptive.

Les chats sont mis en isolement pendant au moins deux semaines dans une pièce de la maison, le temps que Coralie les vermifuge (contre les vers dans les intestins) et les sociabilise. La plupart du temps, ce sont des chatons. «Ces chats-là sont sauvages. Ils ne veulent pas t’approcher. Je me fais mordre et griffer, mais je ne m’en fais pas. Je les comprends. Je les sors de leur mère et ils n’ont jamais vu l’humain», poursuit celle qui prend le relais pour nourrir les petits.

Histoires d’horreur

Une fois qu’ils sont sociabilisés, les chats sont libres dans la maison. «Ils sociabilisent avec les enfants et les autres chats», raconte la souriante «sauveuse». Elle donne des noms à ses protégés. Il y a eu Edmond, Tiger, Bazou et bien d’autres. Tiger lui a d’ailleurs donné une bonne frousse en raison des mites qu’il avait dans ses oreilles. «C’était nouveau pour moi et c’est très contagieux», dit celle qui l’a guéri.

Les chats arrivent d’un peu partout en région et sont adoptés par des personnes d’un peu partout aussi. Certains se retrouvent aujourd’hui dans des familles de Sept-Îles, Portneuf-sur-Mer ou Les Escoumins, entre autres.

Certains félins ont connu l’enfer, comme celui retrouvé sous un véhicule à – 40 degrés Celsius. «Une amie me l’a apporté. Il avait les coussinets des quatre pattes gelés. Il ne voulait pas marcher. Ses pattes ont guéri. La peau des coussinets décollait comme ça», explique-t-elle avec geste à l’appui.

En affaires

En association avec Émilie Lebel, technicienne en santé animale, Coralie veut se lancer en affaires. Les deux partenaires envisagent ouvrir un refuge pour chats errants à adopter et une boutique animalière qui offrirait des accessoires, de la nourriture et des conseils. Elles visent également des cours d’éducation canine et autres services.

«Mon chum serait content. Il y a des nuits qu’on ne dort pas beaucoup quand il y a une dizaine de chats qui courent dans la maison», conclut Coralie, le sourire aux lèvres.