/misc
Navigation

C'est le temps de porter fièrement sa ceinture fléchée...

Quebec
Photo Stevens LeBlanc

Coup d'oeil sur cet article

J'ai sorti ma tuque et ma ceinture fléchée du coffre où elles passent 50 semaines sur 52. Tout comme le maire de Québec, j'ai acheté mes bougies. Je suis fin prêt pour les activités du 61e Carnaval de Québec qui a lieu cette année du 30 janvier au 15 février.

Des mots peu utilisés normalement comme "duchesses", "bonhomme" ou encore "caribou" refont leur apparition dans le vocabulaire de tous les carnavaleux.

On passe un peu plus de temps qu'à l'habitude dehors. Les deux premiers samedis de février, on pousse même l'audace jusqu'à habiller les enfants pour qu'on ne leur voit que le bout du nez et on assiste aux défilés de nuit. Des chars allégoriques, des fanfares et des mascottes vont nous ramener en enfance...

Tout comme des milliers de spectateurs, on va aller encourager les pee-wee au Tournoi du même nom et manger des hot-dogs du Colisée !

Bref, les Québécois et les nombreux touristes qui profitent de cette période de l'année pour envahir la Ville, vont pendant une dizaine de jours perpétuer une tradition vieille de 1894. Le plus grand carnaval d'hiver au monde, rien de moins.

À Québec, on a tous dans la parenté, un membre de la famille qui s'est impliqué comme bénévole au Carnaval ou peut-être même, qui a été duchesse. Chacun a sa légende à raconter sur une cuite mémorable ou une belle rencontre qui a résulté en un couple en bonne et due forme. Et oui, les soirées du Carnaval étaient bien meilleures que les sites de rencontres d'aujourd'hui.

Parlant d'aujourd'hui, on compte maintenant sur un « Off Carnaval », miroir un peu déformé de tout bon événement qui se respecte. L'activité phare du "off" est la Revengeance des duchesses qui revient pour une sixième année. Version «artistique et irrévérencieuse de la vieille formule», l'événement souhaite représenter un «contrepoids féministe en reprenant les codes d’un concours de miss classique, mais en misant sur le contenu avant le contenant» (source).

Dans les faits, après une absence de 18 ans, les duchesses sont revenues entourer Bonhomme l'an dernier, puisqu'il se sentait bien seul. Ayant à organiser chacune un projet (aujourd'hui, c'était un bain de neige), on doit avouer qu'on est un peu loin en 2015 du «concours de miss classique» qui a présidé de 1955 à 1996. Seule la Reine du Carnaval déterminée au moyen d’un tirage au sort mettant en vedette les traditionnelles capsules a subsisté.

La revengeance et les « vraies duchesses » représentent à leur manière deux volets d'une même fête.

Que ce soit pour venir goûter au traditionnel caribou ou vous époumoner à l'aide des longues trompettes rouges, vous êtes invités à Québec pour fêter en famille !

Et n'oubliez pas de porter votre belle ceinture fléchée...