/opinion/columnists
Navigation

Des cerveaux lavés, lavés

Le Roi Abdallah
Photo REUTERS

Coup d'oeil sur cet article

On dit – avec raison – que les écoles religieuses endoctrinent les enfants en leur enfonçant toutes sortes de sornettes dans la tête.

On dit – avec raison – que les écoles religieuses endoctrinent les enfants en leur enfonçant toutes sortes de sornettes dans la tête.

Mais on parle très peu des séances de lavage de cerveau qui se déroulent quotidiennement dans les écoles non confessionnelles.

Pourtant, cet endoctrinement est tout aussi pernicieux...

LA RELIGION, C’EST SACRÉ

Je parle du cours Éthique et culture religieuse qui a remplacé l’enseignement moral dans l’ensemble des écoles de la province en 2008.

Vous avez parlé à des enfants qui ont suivi ce cours depuis sept ans?

Ils considèrent toute critique de la religion comme une insulte et toute critique d’une religion autre que le catholicisme comme une insulte raciste.

Ils ont complètement intériorisé le credo multiculturaliste.

Pour eux, la religion, c’est sacré. On ne rigole pas avec ça.

Se moquer d’une religion, c’est comme se moquer de l’apparence physique d’une personne, de sa race, de sa culture, de son orientation sexuelle.

On se demande quelle est la meilleure façon de combattre l’endoctrinement, ces temps-ci. Comment empêcher les jeunes de tomber dans les griffes d’une secte, d’un groupe radical...

Et si on commençait par encourager le sens critique chez les jeunes? Leur apprendre à remettre les dogmes en question?

L’INTOLÉRANCE LAÏQUE

En 2009, Joëlle Quérin, sociologue et chercheuse associée à l’Institut de recherche sur le Québec, a publié une étude sur le fameux cours d’éthique et de culture religieuse.

«Après avoir suivi le cours d’éthique et de culture religieuse pendant 10 ans, les élèves n’auront pas de grandes connaissances sur les religions, mais une chose est sûre: aucun accommodement ne leur paraîtra déraisonnable!» affirmait la jeune chercheuse.

«Le programme doit inculquer le respect absolu de toute position religieuse...»

Eh bien, sept ans plus tard, nous y sommes. L’endoctrinement a eu lieu.

On se retrouve maintenant avec une génération d’enfants qui se scandalisent et crient au racisme dès que quelqu’un, quelque part, ose critiquer une religion.

La laïcité, pour eux, est une forme d’intolérance. Et le relativisme (tout s’équivaut, tout se vaut), une religion.

À quand un cours visant à enseigner la libre pensée et l’esprit critique?

On dit que l’école sert à former de futurs citoyens.

Mais quelle sorte de citoyens voulons-nous, justement? Des gens qui gobent passivement tout ce qu’on leur présente, qui prennent pour vérité tout ce qu’ils lisent sur internet, qui ne savent pas faire la différence entre une théorie du complot farfelue et la réalité?

Ou des citoyens capables de discernement, de jugement, de sens critique?

UN RACISME ACCEPTABLE

Parlant de sens critique...

Je reviens sur l’hypocrisie des leaders occidentaux qui pleurent actuellement la mort de l’ancien roi d’Arabie saoudite.

En novembre dernier, des restaurants saoudiens ont commencé à placarder sur leur porte d’entrée des écriteaux portant l’inscription «Interdit aux femmes».

La raison? Les femmes seules au restaurant dérangeraient l’ordre social...

Vous pensez que les chefs d’État qui saluent actuellement la mémoire du roi Abdallah seraient si généreux dans leurs éloges si ces écriteaux disaient plutôt «Interdit aux Noirs» ou «Interdit aux juifs»?

Pourquoi dénonce-t-on l’apartheid basé sur la race ou la religion, mais pas l’apartheid basé sur le sexe?