/news/transports
Navigation

Déneigement: le Plateau-Mont-Royal charge une semaine plus tard

GEN-DENEIGEMENT-NEIGE-RUES
Photo d'archives. «On va charger pas seulement sur les artères comme Saint-Joseph, Saint-Denis, Papineau ou Mont-Royal, mais aussi sur les plus petites rues qui posent problème comme Saint-André ou Fullum», a promis M. Ferrandez.

Coup d'oeil sur cet article

Une semaine après tous les autres arrondissements, le Plateau-Mont-Royal va finalement enlever la neige qui encombre plusieurs de ses rues. Le maire Luc Ferrandez reconnaît avoir fait une erreur en ne réagissant pas plus tôt.

Une semaine après tous les autres arrondissements, le Plateau-Mont-Royal va finalement enlever la neige qui encombre plusieurs de ses rues. Le maire Luc Ferrandez reconnaît avoir fait une erreur en ne réagissant pas plus tôt.

Lundi, l’arrondissement du Plateau a annoncé sur sa page Facebook qu’une opération de chargement de neige sera entamée dans ses rues principales dès 19 h

«On va charger pas seulement sur les artères comme Saint-Joseph, Saint-Denis, Papineau ou Mont-Royal, mais aussi sur les plus petites rues qui posent problème comme Saint-André ou Fullum», a promis M. Ferrandez.

Manque d’argent

La semaine dernière, M. Ferrandez avait indiqué que son arrondissement avait fait le choix d’attendre les prochaines précipitations pour charger la neige par manque d’argent.

«On a fait ça pour économiser de l’argent, mais on ne veut pas le faire au détriment de la sécurité. Cette fois-ci on a fait une erreur et on va la corriger», s’est excusé M. Ferrandez.

Il a expliqué que lorsqu’il tombe moins de 15 cm de neige, l’arrondissement n’a pas l’habitude de procéder au chargement, car cela ne cause pas de problèmes.

«On voulait être réservés et prudents, mais on ne peut pas se permettre ce luxe-là», a-t-il ajouté.

Quant au budget, M. Ferrandez soutient qu’en ayant attendu une semaine, cela lui a permis d’économiser la moitié de ce qu’il aurait déboursé, soit 500 000 $.

«On a de l’argent pour cinq chargements. Si on en fait trois avant le mois de mars, c’est là qu’on risque d’aller en déficit. Là on a l’argent, mais cela ne veut pas dire qu’on en aura encore à la fin de l’année», a-t-il précisé.