/news
Navigation

Dave Morissette lutte contre le suicide sur la Côte-Nord

Sa région natale fait partie des plus touchées au Québec

Dave Morissette Lance et compte
Photo Courtoisie Éric Myre

Coup d'oeil sur cet article

Le Centre de prévention du suicide (CPS) de la Côte-Nord s’associe à Dave Morissette pour lutter contre le suicide. Le Philippe Lalumière de la série Lance et compte devient porte-parole de l’organisme, une façon pour lui de marteler plus que jamais l’importance de demander de l’aide quand la vie nous malmène.

«Je trouvais important de m’impliquer et redonner à la Côte-Nord, où j’ai grandi. Je le fais parce que mon frère Jason s’est enlevé la vie en 1996. Ça me donne l’occasion de donner un sens à sa mort en sauvant peut-être la vie d’autres personnes», explique au bout du fil le comédien et animateur natif de Baie-Comeau. Il est également porte-parole du prochain Relais pour la vie de sa ville d’origine.

Dans le cadre de son association avec le CPS de la Côte-Nord, Dave Morissette a tourné une capsule vidéo de sensibilisation. Elle sera diffusée à la télévision pendant tout le mois de février, ainsi que sur le site Internet du CPS et sur les réseaux sociaux.

Le formateur du Centre de prévention du suicide de la Côte-Nord, Jean-Pierre Dupont, est entouré de la coordonnatrice clinique, Mélanie Côté, et de la directrice générale, Gladys Tremblay.
Photo Charlotte Paquet
Le formateur du Centre de prévention du suicide de la Côte-Nord, Jean-Pierre Dupont, est entouré de la coordonnatrice clinique, Mélanie Côté, et de la directrice générale, Gladys Tremblay.

Plus nombreux l’été

Le lancement régional de la Semaine québécoise de prévention du suicide, jeudi, a permis d’apprendre une réalité plutôt étonnante, soit que le suicide fasse beaucoup plus de victimes en été que dans le reste de l’année sur la Côte-Nord. En effet, des 105 décès répertoriés de 2007 à 2012, 43 sont survenus en juin, juillet et août et 62 au cours des neuf autres mois.

«On a attendu avant de donner cette statistique. On a voulu être prudents», a précisé le formateur du CPS, Jean-Pierre Dupont. Selon lui, si cette particularité s’observe sur une période de plusieurs années sur la Côte-Nord, cela n’est pas nécessairement le cas ailleurs au Québec.

Plusieurs hypothèses sont avancées pour expliquer le phénomène, comme la hausse de la consommation en été, le ralentissement dans certains services ou même la fin de l’année scolaire et le stress qui peut en découler. «Il y a beaucoup de facteurs. Ça nous dit au moins qu’à partir du moment où on sait qu’il s’agit d’une période critique, on peut alors faire plus de promotion de nos services», a reconnu M. Dupont.

Triste «top 3»

Même si 2012 a été une année d’exception avec sept suicides, la Côte-Nord demeure dans le triste «top 3» des régions les plus frappées par le suicide au Québec de 2010 à 2012, selon un rapport de l’Institut de la statistique du Québec. Les deux autres sont l’Abitibi-Témiscamingue et la Mauricie.

Fait à noter, selon des données provisoires du bureau du Coroner, 11 hommes et cinq femmes se sont enlevés la vie en 2013 dans la région. Cela correspondant à environ 17 suicides par 100 000 habitants, comparativement à 13 au Québec.

La sensibilisation et la formation de sentinelles dans les milieux de travail font partie des formules pour rejoindre le plus de personnes afin de passer le message avant qu’il ne soit trop tard.