/news/politics
Navigation

Le Conseil du patronat veut favoriser l’exode rural

Yves-Thomas Dorval
© Les archives Simon Clark Le président du Conseil du patronat, Yves-Thomas Dorval.

Coup d'oeil sur cet article

Le gouvernement du Québec devrait encourager les citoyens à quitter les régions pauvres pour s’établir là où il y a de l’emploi, estime le Conseil du patronat du Québec.

«Les politiciens jouent à l’autruche et mettent ça sous le tapis. Ils ne savent pas quoi faire avec ça, car les gens de ces régions sont des électeurs et ils ne veulent pas heurter les sensibilités», a lancé le président du Conseil, Yves-Thomas Dorval, en entrevue avec le Journal vendredi.

 Dans un mémoire remis aux parlementaires jeudi, le CPQ a invité «le gouvernement à réallouer une partie des budgets actuellement consacrés au maintien des municipalités dévitalisées vers des mesures facilitant la relocalisation des ménages qui y habitent.»

L’organisme soutenait dans ce document que l’exode vers les centres urbains doit être vu «comme quelque chose de normal, pas contre un mal contre lequel il faut nécessairement lutter à tout prix.»

M. Dorval reconnaît maintenant que la proposition «n’était pas écrite de façon très habile.» Le tollé a forcé l’organisme a retiré cette portion du mémoire vendredi en après-midi et à rectifier le tir auprès des députés. «Par contre je crois qu’il faut poser la question et ça, on ne le regrette pas», a-t-il ajouté.

«Ce que les gens veulent, ce n’est pas un chèque pour rester chez eux, c’est un emploi décent», a-t-il affirmé. Lorsqu’une ville «mono-industrielle» se dévitalise quand la scierie ou la mine qui la faisait vivre ferme, il faut d’abord trouver d’autres projets et tenter de la relancer, dit M. Dorval. «On ne veut pas vider les régions», a-t-il dit.

Mais «lorsqu’on a tout fait», il faut se demander si on «doit continuer à faire survivre des endroits» qui n’ont pas d’avenir économique.

«Aucun sens», dit Moreau

 Le ministre des Affaires municipales et de l’Occupation du territoire n’a pas mâché ses mots pour décrire la proposition du CPQ. «Ça n’a aucun sens. C’est une suggestion qui a été d’ailleurs commentée très durement par tous les partis», a-t-il dit lors d’un point de presse en Gaspésie vendredi en matinée.

«Ce que nous dit le CPQ, c’est aider les gens à déménager des régions. C’est l’inverse qu’il faut faire», a-t-il affirmé.

Le député péquiste Sylvain Gaudreault s’est dit lui aussi scandalisé à lecture du passage controversé dans le mémoire du CPQ sur le développement durable. «Je suis littéralement scandalisé par cette proposition digne du 19e siècle. Ils se posent en radicaux contre le développement des régions», a dénoncé Sylvain Gaudreault. Le gouvernement du Québec avait créé un traumatisme collectif en fermant des villages au tournant des années 1970, a-t-il rappelé.​


D'après les données du ministère des Affaires municipales, le Québec comptait 152 municipalités dévitalisées en 2006. La Côte-Nord et l’Est-du-Québec sont particulièrement touchés.

Plus de 80 % des municipalités dévitalisées comptent moins de 1 000 habitants.

En 2006, les municipalités dévitalisées affichaient un taux de chômage moyen de 19,8 %, soit un taux presque trois fois plus élevé que celui du Québec.

Exemple :

  • Percé
  • Les Méchins
  • Grosses-Roches,
  • Petit-Saguenay
  • Saint-Alexis-des-Monts
  • Notre-Dame-des-Bois
  • Normétal
  • Portneuf-sur-Mer
  • Huntingdon
  • Saint-Gabriel-de-Brandon
  • Cap-Chat
  • Villeroy
  • Petite-Vallée

Des réactions

«Offrir une telle mesure, ce serait aller à l’encontre du libre choix des gens de demeurer dans leur communauté d’attache. Ce serait leur enlever leur patrimoine familial.»

— Élise-Ariane Cabirol, présidente des Forums jeunesse régionaux du Québec 

«C’est truffé de préjugés, de mépris envers la population, en plus d’aller à l’encontre de la Loi sur l’occupation et la vitalité des territoires.»
 
— Richard Lehoux, président de la FQM
 
«On n’est pas des BS. On est une des régions où le revenu des citoyens est le plus élevé. Les gens paient des taxes. On est payants pour le Québec, même si on se trouve dans le 819. Si on ferme les régions, aussi bien fermer le Québec»
 
— Mario Provencher, maire de Rouyn-Noranda
 
«C’est la goutte qui fait déborder le vase. On voudrait dénoncer des propos “malhabiles”, mais le mot n’est pas assez fort. C’est un affront méprisant, venant de personnes ignorantes.»
 
— Le préfet de la MRC de Rivière-du-Loup, Michel Lagacé
 
«Ce serait un geste odieux et antidémocratique.»
 
— Claire Bolduc, présidente de Solidarité rurale